Israël en guerre - Jour 291

Rechercher

Syrie : Des déplacés inquiets face à l’arrêt des aides onusiennes

Le Programme alimentaire mondial a dit "regretter" de devoir "annoncer la fin de ses aides alimentaires en Syrie en janvier 2024, faute de fonds suffisants"

Des Syriens déplacés transportent des cartons de secours du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies avant la fin de l'acheminement de l'aide, dans le camp d'Atma, à la périphérie d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie aux mains des rebelles, le 6 décembre 2023. (Crédit : Aaaref Watad/AFP)
Des Syriens déplacés transportent des cartons de secours du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies avant la fin de l'acheminement de l'aide, dans le camp d'Atma, à la périphérie d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie aux mains des rebelles, le 6 décembre 2023. (Crédit : Aaaref Watad/AFP)

L’annonce en début de semaine du Programme alimentaire mondial (PAM) qu’il allait mettre fin à ses aides alimentaires en Syrie à partir de janvier a ravivé les inquiétudes des déplacés du nord-ouest du pays, accablés par la misère après plus de 12 ans de guerre civile.

« Avec l’arrêt de l’aide, les souffrances vont croître de manière exponentielle », a déclaré à l’AFP le directeur du camp de Maram à Atmé, Ali Farhat. « Certains me disent : (…) ‘On va mourir de faim' », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué publié lundi, le PAM a dit « regretter » de devoir « annoncer la fin de ses aides alimentaires en Syrie en janvier 2024, faute de fonds suffisants ». L’agence onusienne continuera à « soutenir les familles dans une situation urgente et touchées par les catastrophes naturelles à travers le pays grâce à des interventions d’urgence plus modestes et plus ciblées ».

Le « financement » est un « problème auquel le programme est confronté partout dans le monde », a indiqué à l’AFP le PAM, dont les activités peuvent être réduites ou augmentées en fonction des besoins et ressources disponibles.

En septembre, l’agence avait prévenu que le manque d’argent, qui le force à réduire ses rations, pourrait pousser 24 millions de personnes supplémentaires au bord de la famine. En juillet, 45 % des bénéficiaires de l’aide en Syrie ont dû être exclus, selon le PAM.

Les déplacés du camp de Maram ont du mal à cacher leur inquiétude.

Une photo aérienne montre le camp d’Atme pour déplacés syriens, à la périphérie d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, aux mains des rebelles, le 6 décembre 2023. (Crédit : AAREF WATAD / AFP)

Les zones contrôlées par le groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ancienne branche locale d’Al-Qaïda) dans la province d’Idleb abritent trois millions de personnes, dont environ la moitié sont des personnes déplacées et réparties dans des centaines de camps surpeuplés.

Accablés par la faim, la misère et une hygiène déplorable, ils dépendent principalement de l’aide alimentaire, médicale et logistique fournie par les organisations internationales.

La décision du PAM impactera fortement les camps du nord-ouest syrien, comme celui de Maram à Atmé, où les habitants font la queue devant un camion pour recevoir les dernières rations alimentaires de 2023.

« Couper l’aide entraînera la mort des personnes qui en vivaient parce qu’elles n’ont pas d’argent pour se nourrir », a déclaré Ahmed Adla, 40 ans, et père de quatre enfants, déplacé depuis onze ans.

« J’espère qu’ils viendront voir comment on passe l’hiver. On ne peut même pas tenir nos enfants au chaud. On se moque de nous », a lancé Khaled al-Masri, 45 ans et déplacé depuis 13 ans avec onze membres de sa famille.

La guerre en Syrie, déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie a fait plus d’un demi-million de morts et des millions de déplacés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.