Syrie : un commandant des Gardiens de la Révolution iraniens tué à Damas (OSDH)
Rechercher

Syrie : un commandant des Gardiens de la Révolution iraniens tué à Damas (OSDH)

"Farhad Dabirian a été tué à l'aide d'un pistolet muni d'un silencieux dans la zone de Sayyida Zeinab au sud de Damas", a indiqué le directeur de l'OSDH

Les membres des Gardiens de la Révolution durant une parade militaire au mausolée de l'Ayatollah Khomeini, en périphérie de Téhéran,le 22 septembre 2019. (Crédit : AP/ Ebrahim Noroozi)
Les membres des Gardiens de la Révolution durant une parade militaire au mausolée de l'Ayatollah Khomeini, en périphérie de Téhéran,le 22 septembre 2019. (Crédit : AP/ Ebrahim Noroozi)

Un commandant des Gardiens de la Révolution iraniens, l’armée d’élite de la République islamique, a été tué vendredi soir dans la banlieue sud de Damas en Syrie, a rapporté samedi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Farhad Dabirian a été tué à l’aide d’un pistolet muni d’un silencieux dans la zone de Sayyida Zeinab au sud de Damas », a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane, sans fournir de précisions.

« Il était chargé de la région de Damas et du sud de la Syrie » frontalier d’Israël, a-t-il ajouté.

L’agence de presse iranienne Fars a de son côté rapporté samedi la mort de « Farhad Dabirian, le défenseur du sanctuaire de Zeinab et l’ancien commandant de la ville de Tadmour (Palmyre) », sans préciser s’il était membre des Gardiens de la Révolution.

« Il est mort en martyr la nuit dernière à Zeinabieh en Syrie », a indiqué Fars, sans donner davantage de détails.

Fars a publié deux photos du responsable, vêtu d’un uniforme militaire beige n’arborant aucun insigne de l’armée d’élite iranienne.

Dabirian était à la tête des opérations menées par les Gardiens de la Révolution aux côtés du régime de Bachar al-Assad contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) à Palmyre, selon l’OSDH, qui dispose d’un vaste réseaux de sources en Syrie.

Conquise en 2015 par l’EI, la cité antique avait été reprise en mars 2017 par Damas.

Le quartier de Sayyida Zeinab, qui abrite un sanctuaire vénéré par les musulmans chiites, a été le théâtre au début du conflit syrien d’affrontements entre les rebelles et le régime syrien, appuyé par des milices iraniennes et pro-Téhéran, dont le puissant mouvement terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Déclenchée en mars 2011 avec la répression de manifestations pro-démocratie par le régime, la guerre en Syrie n’a eu de cesse de se complexifier au fil des ans. Le conflit a fait plus de 380 000 morts et déplacé des millions de personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...