Tarek Barghout condamné à 13 ans et demi de prison pour des fusillades
Rechercher

Tarek Barghout condamné à 13 ans et demi de prison pour des fusillades

L'avocat de Jérusalem-Est a été condamné pour avoir mené des attaques contre des Israéliens en Cisjordanie, aux côtés de l'ex-leader terroriste palestinien Zakaria Zubeidi

Tarek Barghout, avocat de Jérusalem-Est (Capture d'écran : Facebook)
Tarek Barghout, avocat de Jérusalem-Est (Capture d'écran : Facebook)

Le tribunal militaire d’Ofer a condamné mardi un avocat de Jérusalem-Est à 13 ans et demi de prison pour quatre fusillades menées contre des Israéliens en Cisjordanie, ont fait savoir les médias en hébreu.

Tarek Barghout, détenteur d’une carte d’identité israélienne, membre de l’Association du barreau israélien mais qui vit à Ramallah, avait commis certaines de ces attaques aux côtés de l’ancien leader terroriste palestinien Zakaria Zubeidi, qui est accusé d’avoir perpétré des attentats contre des Israéliens, il y a plus d’une décennie.

Zubeidi et Barghout avaient tous les deux travaillé pour le ministère des Affaires des prisonniers de l’Autorité palestinienne.

Toutes les attaques commises par Barghout s’étaient achevées sans faire de morts, seulement quelques blessés mineurs qui avaient été touchés par des éclats de verre, ont noté les médias.

Barghout a signé un arrangement judiciaire avec les procureurs – ce qui est rare au cours des phases initiales d’une enquête.

Il avait commencé à coopérer avec les enquêteurs après que les principes de l’accord ont été définis et, dans ses interrogatoires, Barghout avait incriminé Zubeidi.

Les deux hommes ont été placés en détention depuis leur arrestation, fin février à Ramallah. Ils ont été inculpés par le tribunal militaire de Samarie au mois de mai.

Selon les services de sécurité du Shin Bet, Barghout et Zubeidi avaient ouvert le feu sur un bus israélien qui circulait aux abords de l’implantation de Psagot, au mois de décembre dernier. Ils avaient raté leur cible en raison de conditions météorologiques défavorables.

Selon l’agence, ils avaient également programmé de commettre une autre fusillade, la nuit de leur arrestation. Un fusil d’assaut de type M-16 et des magasins qui, selon le Shin Bet, avaient été utilisés lors de ces attentats avaient été retrouvés en leur possession à ce moment-là.

Le chef terroriste Zakaria Zubeidi arrive à une audience de la cour militaire d’Ofer, le 28 mai 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Jusqu’à son arrestation, Barghout travaillait pour le compte de l’Autorité palestinienne, représentant des terroristes présumés devant les tribunaux civils de l’Etat juif et devant les cours martiales de Cisjordanie.

Dans la mesure où Zubeidi est accusé de nombreuses autres attaques – notamment certaines qui avaient été graciées dans le cadre d’un accord d’amnistie – son dossier est toujours ouvert.

Au mois de mai, la cour militaire de Samarie avait ordonné qu’il reste derrière les barreaux jusqu’à la fin des procédures judiciaires intentées à son encontre.

Zubeidi, ancien commandant de l’aile militaire du Fatah, âgé de 43 ans, a été inculpé pour 24 chefs d’accusation en raison de son rôle dans un certain nombre d’attentats à l’arme à feu et à la bombe dès 2003.

Pendant la Deuxième Intifada, qui avait éclaté en 2000, Zubeidi avait été commandant des Brigades des martyrs al-Aqsa pour la région de Jénine.

Il avait été également soupçonné d’être l’un des principaux architectes, à cette période, de plusieurs attentats terroristes.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...