Rechercher

Téhéran a commis des « crimes contre l’humanité » en 2019 – experts internationaux

Différentes composantes du régime ont perpétré des meurtres, arrestations, disparitions, tortures et des violences sexuelles pour réprimer les manifestants, puis ont caché leurs crimes

Le drapeau de l'Iran flottant devant le bâtiment de l'International Center, siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), à Vienne, en Autriche, le 24 mai 2021. (Crédit: AP Photo/Florian Schroetter, Dossier)
Le drapeau de l'Iran flottant devant le bâtiment de l'International Center, siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), à Vienne, en Autriche, le 24 mai 2021. (Crédit: AP Photo/Florian Schroetter, Dossier)

Un panel d’avocats internationaux enquêtant sur la répression des manifestations en Iran en 2019 a accusé vendredi le gouvernement et les forces de sécurité de la République islamique de « crimes contre l’humanité ».

Le Tribunal des atrocités en Iran (Aban), basé à Londres et mis en place par des organisations de défense des droits humains, a entendu plus de 250 témoins durant son enquête visant à déterminer si le régime iranien a transgressé le droit international dans sa répression de ces protestations inédites depuis la révolution islamique de 1979 et déclenchées après un bond du prix des carburants.

Les autorités n’avaient réussi à ramener le calme dans le pays qu’au prix d’une répression violente, qui selon Amnesty International avait fait au moins 304 morts, illustrant l’intention délibérée de la police de tirer sur les manifestants.

Le tribunal affirme que les éléments récoltés par les experts suggèrent que le nombre de morts serait bien plus élevé, et aurait même pu atteindre 1.515 tués.

« Le panel considère à l’unanimité (…) qu’au delà de tout doute raisonnable, le gouvernement iranien et les forces de sécurité ont conçu et mis en place un plan pour commettre des crimes contre l’humanité », écrivent les six experts judiciaires du tribunal dans la synthèse de leur jugement.

Selon eux, différentes composantes du régime – du ministère de l’Intérieur à la redoutée milice Basij – ont perpétré des meurtres, arrestations, disparitions forcées, tortures et des violences sexuelles pour réprimer les manifestants, puis ont caché leurs crimes.

Ils dressent une liste de 161 personnes impliquées dans ces accusations de crimes contre l’humanité, notamment le guide suprême Ali Khamenei, l’ancien président Hassan Rohani, ainsi que près d’une douzaine d’autres hauts responsables du régime.

Le Tribunal Aban – nommé en référence au mois durant lequel les évènements ont eu lieu – a été fondé par plusieurs ONG, dont Justice for Iran, basée à Londres, et Iran Human Rights, basée à Oslo en Suède

Ses conclusions sont rendues publiques au moment où l’Iran est de nouveau agité par des manifestations après la mort d’une jeune femme arrêtée par la police des mœurs pour infraction au code vestimentaire strict du pays sur le port du voile islamique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...