Rechercher

Téhéran : l’Arabie doit comprendre « que la sécurité ne s’achète pas »

Les Etats-Unis vont envoyer 200 militaires et des missiles Patriot en Arabie saoudite "à la lumière des attaques récentes", a annoncé le Pentagone jeudi.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, prononce une allocution lors de la Conférence de Munich sur la sécurité à Munich, en Allemagne, le 17 février 2019. (AP Photo/Kerstin Joensson)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, prononce une allocution lors de la Conférence de Munich sur la sécurité à Munich, en Allemagne, le 17 février 2019. (AP Photo/Kerstin Joensson)

Ryad doit comprendre « que la sécurité ne s’achète pas », a déclaré le chef de la diplomatie iranienne dans un entretien publié dimanche, dans lequel il a estimé que « les tensions dans la région cesseront » avec la fin de la guerre au Yémen.

« Avant toute chose, l’Arabie saoudite doit accepter l’idée que la sécurité ne s’achète pas », a dit Mohammad Javad Zarif dans cet entretien accordé à l’agence officielle iranienne Irna, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York avant de rentrer en Iran.

« Les Saoudiens essaient d’acheter la sécurité [en créant des] tensions et en ouvrant la voie à l’intervention des étrangers dans la région », a-t-il ajouté, faisant allusion à la présence militaire occidentale dans le Golfe.

Selon M. Zarif, le royaume saoudien a jusqu’ici payé « armes, amitiés, soutien [d’autres pays] », mais devrait se débarrasser de « l’illusion » qu’il peut aussi « acheter la sécurité ».

Pays voisins se faisant face de part et d’autre du Golfe, le royaume (sunnite) d’Arabie saoudite et la République islamique d’Iran (chiite) sont engagés dans une lutte d’influence régionale et ont coupé leurs relations diplomatiques il y a plus de trois ans.

Ryad, mais aussi Washington, Berlin, Londres et Paris, accusent l’Iran d’être responsable des attaques par voie aérienne ayant endommagé le 14 septembre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite, et forcé le royaume (premier exportateur mondial de brut) à réduire fortement sa production.

Les Etats-Unis vont envoyer 200 militaires et des missiles Patriot en Arabie saoudite « à la lumière des attaques récentes », a annoncé le Pentagone jeudi.

Téhéran a nié toute implication dans ces attaques revendiquées par les rebelles Houthis du Yémen, que la République islamique dit soutenir face à la coalition militaire arabe dirigée par l’Arabie saoudite et engagée dans le conflit yéménite depuis 2015.

L’Iran se défend d’armer les Houthis (en violation d’un embargo imposé par l’ONU) comme l’en accusent Ryad et Washington, mais dénonce régulièrement l’intervention saoudienne dans cette guerre.

« La solution [à l’escalade des tensions régionales] est parfaitement claire, et c’est la fin de la guerre au Yémen », a déclaré M. Zarif à Irna.

Le conflit yéménite a fait des dizaines de milliers de morts, entraîné le déplacement de millions de personnes et provoqué ce que l’ONU a qualifié de pire crise humanitaire au monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...