Rechercher

Tel Aviv ne lancera pas non plus de feux d’artifice à Yom HaAstmaout

Ron Huldai espère une alternative écologique l'année prochaine ; le ministre de la Culture exhorte les autres responsables municipaux à suivre l'exemple par égard pour les vétérans

Des Israéliens assistent à un feu d'artifice lors des célébrations de Yom HaAstmaout, après plus d'un an de restrictions liées au coronavirus, à Tel Aviv, en Israël, le mercredi 14 avril 2021. (Crédit: AP Photo/Sebastian Scheiner)
Des Israéliens assistent à un feu d'artifice lors des célébrations de Yom HaAstmaout, après plus d'un an de restrictions liées au coronavirus, à Tel Aviv, en Israël, le mercredi 14 avril 2021. (Crédit: AP Photo/Sebastian Scheiner)

Le maire de Tel Aviv a annoncé dimanche l’annulation du feux d’artifice de la ville pour Yom HaAstmaout, citant les objections des anciens combattants qui souffrent du syndrome de stress post-traumatique.

Il a ainsi rejoint d’autres villes qui ont annoncé qu’elles annuleraient les feux d’artifice, notamment Herzliya, Netanya, Raanana et Ramat Gan.

Cette décision a été saluée par le ministre de la Culture et des Sports, Chili Tropper, qui a annulé le feu d’artifice de la principale cérémonie de la fête de Yom HaAstmaout au Mont Herzl à Jérusalem, en raison de préoccupations quant à l’effet de ce feu d’artifice sur les anciens combattants souffrant de trouble de stress post-traumatique.

Le feu d’artifice de Tel Aviv est généralement un événement majeur et rassemble des milliers de personnes sur la place Rabin, au centre de la ville, pour assister au spectacle.

Cette année, la fête de Yom HaAstmaout commence mercredi soir et se termine jeudi.

« L’une des choses qui ont influencé cette décision sont les demandes de soldats souffrant de SSPT qui ont demandé à annuler le spectacle, ainsi que pour les personnes handicapées », a déclaré le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, dans un communiqué.

« J’espère que l’année prochaine, une alternative respectueuse de l’environnement et encore plus impressionnante sera possible », a-t-il ajouté.

Selon Huldai, une « enquête complète » a été menée avant de décider de renoncer au feu d’artifice.

« J’appelle les autres responsables municipaux qui ne l’ont pas encore fait, il n’est pas encore trop tard », a déclaré Tropper, cité par la Douzième chaîne.

Depuis des années, on s’inquiète de l’impact des feux d’artifice lors des cérémonies de Yom HaAtsmaout sur les vétérans de l’armée et les autres personnes souffrant de stress post-traumatique suite à des guerres ou des attaques terroristes. Une autre date qui suscite des inquiétudes est traditionnellement la fête de Pourim, que certains marquent par l’utilisation de pétards.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...