Tenir la main de l’être aimé pourrait atténuer sa douleur – étude
Rechercher

Tenir la main de l’être aimé pourrait atténuer sa douleur – étude

Des chercheurs de l'université de Haïfa ont mené une expérience qui a démontré que se tenir la main conduit à une synchronisation des cerveaux d'un couple

Image d'un couple qui se tient la main.(LightFieldStudios; iStock par Getty Images)
Image d'un couple qui se tient la main.(LightFieldStudios; iStock par Getty Images)

On savait déjà que se tenir la main est un geste qui permet de se sentir bien. Ce que l’on savait moins, c’est que ce geste aurait aussi un impact bien plus important qu’un simple contact entre des paumes et les doigts, suggèrent des chercheurs de l’Université de Haïfa.

En effet, le geste établit une connexion entre les cerveaux du couple, ce qui peut réduire sensiblement la douleur physique ressentie par l’une des personnes.

« Le toucher est quelque chose de très puissant, confirme Simone Shamay-Tsoory, professeur de psychologie à l’Université de Haifa qui a supervisé l’étude, lors d’un entretien téléphonique. L’étude montre que la « douleur peut être modulée par le toucher ».

Pour leur étude, présentée le mois dernier lors d’une rencontre de la Société des Neurosciences à Chicago et publiée en 2018 dans PNAS, les chercheurs ont étudié 20 hommes et femmes entretenant une relation amoureuse de longue durée avec plusieurs scénarios différents. Tous les couples ont été soumis aux différents scénarios.

Photo d’illustration d’une main d’une personne âgée (Pablo K, iStock par Getty Images)

Dans le premier scénario, les femmes étaient soumises à une douleur avec un appareil posé sur leurs bras qui apportait une forte chaleur, alors que l’on demandait à leur partenaire de s’asseoir à côté d’elles, sans les toucher.

Ensuite, les femmes n’étaient pas soumises à la douleur, alors que l’on demandait à leur partenaire de s’asseoir à côté d’elles, toujours sans contact.

Dans le troisième scénario, on demandait au partenaire de tenir la main sans infliger de douleur à la femme, et dans le quatrième scénario, les femmes étaient soumises à une douleur alors que leur partenaire leur tenait la main.

Dans tous ces scénarios, les chercheurs ont utilisé un nouveau type d’électro-encéphalogramme qui leur permettait de mesurer l’activité cérébrale électrique des deux partenaires en même temps et de voir s’il y avait une corrélation. Ils ont ensuite demandé aux femmes d’évaluer le niveau de douleur dans chaque scénario, selon une échelle fournie.

« Nous avons trouvé que le niveau de douleur ressentie par les femmes était plus faible quand le couple se tenait la main », relate Simone Shamay-Tsoory.

Selon elle, un élément encore plus intéressant découvert par les chercheurs était que les ondes du cerveau du couple se synchronisaient pendant qu’ils se tenaient la main.

Simone Shamay-Tsoory, professeur de psychologie à l’Université d’Haïfa. (Crédit)

« Le niveau de synchronisation entre les cerveaux était au plus haut pendant les moments de douleur quand le couple se tenait la main, a déclaré Simone Shamay-Tsoory. Cela signifie que les deux cerveaux synchronisent leur activité, qu’une connexion s’établit entre les deux cerveaux : ils travaillent ensemble – et c’est comme si les deux cerveaux ne faisaient qu’un ».

Quand les deux cerveaux sont synchronisés, ajoute-t-elle, cela crée « un sentiment de connexion » entre la femme et l’homme, et c’est ce qui réduirait la douleur.

La chercheuse suppose que les mêmes conclusions pourraient probablement se retrouver dans d’autres types de relations, comme celle d’un parent et d’un enfant, même si les scientifiques n’ont pas spécifiquement étudié la question.

Une étude précédente menée par des chercheurs en 2016 montrait que tenir la main d’un étranger – une infirmière ou d’un soignant – n’avait pas le même impact sur la douleur que quand il s’agissait d’une relation proche. « Il n’y a aucun effet du toucher des étrangers sur la réduction de la douleur », révèle Simone Shamay-Tsoory.

L’équipe examine maintenant l’effet du toucher sur des états émotionnels, pour voir si se tenir la main peut réduire la douleur émotionnelle, en plus de la douleur physique.

Commentant la recherche, Juulia Suvilehto, chercheuse à l’Université de Linköping en Suède qui n’a pas participé à l’étude, s’est dite sceptique sur le fait que se tenir la main pouvait faire disparaître la douleur.

Juulia Suvilehto a déclaré au site internet Medium qu’il a peut-être d’autres raisons expliquant pourquoi le fait de se tenir la main et l’empathie pouvaient diminuer les signaux de douleur dans le cerveau. Une explication pourrait se trouver dans le fait que sous le stress, on ressent plus de douleur, alors que la douleur diminue quand on est détendu. Être touché par quelqu’un que l’on aime réduit votre niveau de stress, explique-t-elle, et cela pourrait expliquer une baisse du niveau de douleur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...