Tentative d’attentat à la voiture-bélier devant l’ambassade d’Israël à Paris
Rechercher

Tentative d’attentat à la voiture-bélier devant l’ambassade d’Israël à Paris

Les sept passagers arrêtés, dont deux mineurs, sont soupçonnés d'appartenir au mouvement de violences volontaires "Hit and run", issu des Etats-Unis

Vue de la rue de l'ambassade d'Israël à Paris (Crédit : Google Street)
Vue de la rue de l'ambassade d'Israël à Paris (Crédit : Google Street)

Sept personnes se disant ressortissants britanniques étaient en garde à vue mercredi pour avoir foncé sur un gendarme en faction devant l’ambassade d’Israël à Paris lundi soir, a-t-on appris auprès du parquet et de source proche du dossier, confirmant une information de RTL.

Deux berlines, une BMW suivie d’une Mercedes, qui se suivaient ont quitté la route et l’une d’elles a foncé sur un gendarme, lundi vers 19H00, devant l’ambassade d’Israël, située dans le VIIIe arrondissement, près des Champs-Elysées.

Les deux voitures ont pris la fuite. Le militaire, qui a réussi à s’écarter, n’a pas été blessé. Les deux mêmes véhicules auraient été vus à proximité de l’Elysée plus tard dans la soirée, a rapporté le site d’information 20 Minutes.

Une enquête pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique » a été ouverte par le parquet de Paris.

Les sept occupants des deux voitures, dont deux mineurs, ont été interpellés puis placés en garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi, a indiqué le parquet.

Selon RTL, il s’agit de trois hommes et quatre femmes. Ils seraient d’origine pakistanaise selon 20 Minutes.

Les deux voitures avaient des fausses plaques d’immatriculation et les enquêteurs soupçonnent les conducteurs d’appartenir au mouvement de violences volontaires « Hit and run », issu des Etats-Unis, selon la radio.

Les investigations ont été confiées au premier district de police judiciaire, a précisé le parquet.

Aucun commentaire n’a été fait indiquant que l’ambassade d’Israël aurait pu être la cible de la tentative d’attaque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...