Tentative d’incendie devant une synagogue d’Epinay (BNVCA)
Rechercher

Tentative d’incendie devant une synagogue d’Epinay (BNVCA)

L'acte aurait été commis "par un individu d'une cinquantaine d'années qui a volontairement mis le feu aux poubelles placées devant la porte du lieu de culte"

Sammy Ghozlan, directeur du BNVCA, chez lui à Netanya, en octobre 2015. (Crédit : Ricky Ben David/Times of Israël)
Sammy Ghozlan, directeur du BNVCA, chez lui à Netanya, en octobre 2015. (Crédit : Ricky Ben David/Times of Israël)

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) « condamne avec force la tentative d’incendie criminel de la synagogue d’Epinay sur Seine (…) commis dans la nuit du 24 juin 2017 ».

Selon l’association de l’ancien commissaire Sammy Ghozlan, l’acte aurait été commis « par un individu d’une cinquantaine d’années qui a volontairement mis le feu aux poubelles placées devant la porte du lieu de culte ».

La police aurait interpellé l’homme en flagrant délit.

Joint par l’association, un individu sur place a expliqué que la porte de la synagogue a été brûlée ainsi que des « locaux attenant à la synagogue ».

Le BNVCA qui envisage de se constituer partie civile a chargé son conseil Maître Sabine Tourjman de déposer plainte contre l’auteur des faits : « Si même les dégâts ne seraient pas conséquents, nous considérons l’acte grave et l’intention coupable. Nous demandons que des peines exemplaires et dissuasives soient prononcées à l’encontre de ce pyromane anti-juif. »

Si les actes antisémites ont connu un net recul cette année en 2016 (66 % d’actions antisémites et moins 60 % de menaces, selon la police nationale française), l’année 2017 a été marquée par le meurtre de Sarah Halimi, qui a créé un certain sentiment de détresse dans la communauté juive, et d’indignation face au faible relais de cet événement dans les médias.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...