Tirs israéliens vers la région d’Alep en représailles à des roquettes
Rechercher

Tirs israéliens vers la région d’Alep en représailles à des roquettes

Damas affirme avoir repoussé les raids israéliens ; aucun blessé n'a été signalé ; l'armée israélienne n'a fait aucun commentaire

Explosions près de la ville d'Alep, dans le nord de la Syrie, le 19 juillet 2021, après une frappe aérienne attribuée à Israël. (Capture d'écran/Twitter)
Explosions près de la ville d'Alep, dans le nord de la Syrie, le 19 juillet 2021, après une frappe aérienne attribuée à Israël. (Capture d'écran/Twitter)

L’armée israélienne a tiré mardi matin en direction du Liban en riposte à des tirs de roquettes sur son territoire, selon un communiqué de l’armée.

« Deux roquettes ont été tirées du Liban vers le territoire israélien…En représailles, l’artillerie israélienne a tiré vers le territoire libanais », a indiqué l’armée dans un communiqué

Une des roquettes a été interceptée par le système anti missile Dôme de fer et une est tombée dans un terrain vide, a précisé l’armée israélienne.

Selon des sources de sécurité libanaises, des roquettes de type Grad ont été lancées du sud du Liban vers Israël mais l’armée libanaise n’a pas encore identifié les auteurs de ces tirs.

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a désigné le Liban comme « responsable des opérations terroristes à partir de son territoire ».

« Nous ne permettrons pas que la crise sociale, économique et politique au Liban se transforme en menace sécuritaire pour Israël », a-t- affirmé sur Twitter.

Les derniers tirs de roquettes vers Israël en provenance du Liban se sont déroulés en mai, alors qu’Israël menait une guerre contre le mouvement terroriste islamiste du Hamas dans la bande de Gaza.

La défense anti-aérienne syrienne a intercepté des missiles israéliens au-dessus de la province d’Alep (nord) lundi, a rapporté l’agence de presse officielle Sana, une ONG précisant de son côté que l’attaque visait des groupes pro-régime.

Les analystes de la guerre en Syrie considèrent généralement que les déclarations régulières de l’armée concernant les interceptions sont fausses et vides de sens.

« Lundi à environ 23h37 (…) l’ennemi israélien a mené une attaque aérienne en direction du sud-est d’Alep, visant des positions dans la région d’Al-Safira, » a indiqué l’agence syrienne Sana, en citant une source militaire.

« Nos défenses aériennes ont intercepté les missiles (…) abattant la plupart d’entre eux, » a-t-elle ajouté, en précisant que l’évaluation de l’étendue des dégâts était en cours.

Il n’a pas été immédiatement fait état de victimes.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, basé au Royaume-Uni, les missiles sont tombés près du centre de recherches scientifiques d’Al-Safira, détruisant des bases et un dépôt d’armes utilisé par des groupes pro-Iran. Le groupe a déclaré que les frappes ont été suivies de fortes explosions. Les dépôts d’armes étaient situés à l’intérieur de postes militaires syriens, a précisé le groupe.

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montre une série d’explosions dans la région, tandis qu’une vidéo publiée par SANA semble montrer un missile se déplaçant dans le ciel alors que des tirs anti-aériens le visent.

L’armée israélienne n’a pas commenté les frappes signalées, conformément à sa politique de longue date consistant à ne pas confirmer ni infirmer ses activités en Syrie.

Alep est une grande ville du nord de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie, et est un site peu commun – mais pas sans précédent – pour les frappes aériennes israéliennes signalées. Les dernières frappes israéliennes signalées dans la région remontent à septembre 2020.

Depuis le déclenchement en 2011 de la guerre en Syrie, l’Etat hébreu y a mené des centaines de frappes contre des positions du pouvoir syrien et de ses alliés, des forces iraniennes et des combattants du Hezbollah libanais.

Le rythme des attaques s’est considérablement ralenti au cours des derniers mois.

Il s’agit de la première frappe israélienne signalée en Syrie depuis début juin, lorsque des frappes ont visé des positions de l’armée de l’air près du village de Khirbet al-Tin, dans la banlieue de Homs, ainsi qu’un dépôt d’armes appartenant au groupe terroriste du Hezbollah libanais.

L’armée de l’air israélienne a également frappé des cibles dans plusieurs régions de Syrie, dans la capitale Damas ainsi que dans les provinces de Hama et de Lattaquié. Onze militaires syriens auraient été tués dans ces frappes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...