Tony Blair veut lutter contre l’antisémitisme
Rechercher

Tony Blair veut lutter contre l’antisémitisme

L’ex-Premier ministre britannique a démissionné fin mai de son poste d'émissaire du Quartette pour le Proche-Orient

Tony Blair (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Tony Blair (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a annoncé jeudi qu’il allait se consacrer à la lutte contre l’antisémitisme, après avoir démissionné de son poste d’émissaire du Quartette pour le Proche-Orient.

Tony Blair sera le nouveau président du Conseil européen pour la tolérance et la réconciliation (ECTR), qui milite contre les discriminations envers les juifs et pour criminaliser la négation de l’Holocauste.

Tony Blair et l’homme d’affaires juif d’origine russe Moshe Kantor ont annoncé cette nomination dans une tribune commune publiée dans The Times, où ils font part de leur inquiétude sur une montée de l’antisémitisme.

« L’antisémitisme n’est pas un problème juif, mais contamine l’ensemble de la société et doit être combattu pour le bien de nous tous », écrivent Blair et Kantor.

« Les États, les organisations internationales et les autres acteurs doivent s’unir pour lutter contre la haine et l’intolérance. Si nous attendons que nos armées agissent, il sera trop tard. »

L’ex-Premier ministre britannique a démissionné fin mai de son poste d’émissaire du Quartette pour le Proche-Orient, qu’il occupait depuis juin 2007. Composé des Etats-Unis, de la Russie, de l’Union européenne et de l’ONU, le Quartette a été fondé en 2002 afin de jouer le rôle de médiateur dans le processus de paix israélo-palestinien.

L’action de Blair a été régulièrement critiquée en raison de l’absence de progrès dans le processus de paix, même s’il n’avait lui-même aucun rôle formel dans ces négociations. Il lui était aussi reproché d’entretenir de mauvaises relations avec l’Autorité palestinienne qui dénonçait sa proximité supposée avec Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...