Tourisme : Israël rejoint un accord avec 6 pays où le virus est sous contrôle
Rechercher

Tourisme : Israël rejoint un accord avec 6 pays où le virus est sous contrôle

Une initiative proposée par l'Autriche permettrait à sept nations d'adopter des protocoles conjoints face au coronavirus et de rouvrir le tourisme et le commerce bilatéraux

Des touristes israéliens profitent de la floraison  à la mer Morte, le 2 février 2020 (Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)
Des touristes israéliens profitent de la floraison à la mer Morte, le 2 février 2020 (Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)

Israël figure parmi sept nations ayant fait des progrès dans la lutte contre le coronavirus et qui vont se rassembler afin de promouvoir le tourisme et le commerce alors qu’ils cherchent à relancer leurs économies mises à mal par la pandémie, a indiqué dimanche le Wall Street Journal.

L’initiative, proposée par le chancelier autrichien Sebastian Kurz, pourrait constituer un moyen pour ces pays – dont un grand nombre sont dépendants du tourisme – de commencer à ouvrir leurs frontières sans avoir à redouter d’éventuels porteurs du coronavirus.

Israël interdit actuellement l’entrée sur son territoire à tous les étrangers et les Israéliens qui reviennent dans le pays après avoir séjourné à l’international doivent se placer en quarantaine pendant deux semaines.

Cette proposition survient après que les dirigeants de ces sept nations ont pris part à une visioconférence, le 24 avril, où ils ont eu l’occasion d’évoquer des stratégies variées de lutte contre le virus et où ils ont également échangé sur la réouverture graduelle de leurs économies après des semaines de restrictions accrues.

Ont participé à cette conférence le chancelier Kurz, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Premier ministre australien Scott Morrison, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, le Premier ministre danois Mette Frederiksen, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et le Premier ministre tchèque Andrej Babis.

Le Premier ministre s’adresse aux leaders européens pendant une vidéoconférence au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 9 mars 2020 (Crédit : Haim Zach/GPO)

« Les leaders ont évoqué les moyens de faire avancer la coopération internationale dans le combat mené contre le coronavirus, ils ont échangé des idées et la manière dont chacun de leur pays fait face à la propagation du virus. Ils ont soulevé des inquiétudes communes face à la réouverture des économies, évoqué leurs politiques mises en œuvre dans la relance des institutions scolaires et ont débattu de la protection des populations à haut risque dans l’ombre du coronavirus », a indiqué un compte-rendu émis à la suite de cette visioconférence.

Le Wall Street Journal a fait savoir que les pays établiraient des protocoles communs – concernant le port du masque, la distanciation sociale et le dépistage, entre autres – avant de procéder à l’ouverture des frontières.

Cette dernière pourrait avoir lieu d’ici quelques semaines, a noté l’article.

Cet article est paru le jour même où l’Autriche a annoncé qu’à partir de lundi, l’aéroport de Vienne proposerait des tests de dépistage au Covid-19 dans son enceinte. Les voyageurs pourront obtenir leurs résultats en trois heures, et les personnes diagnostiquées négatives pourront ainsi éviter une mise en quarantaine de deux semaines.

Des gens assis sur la colline de l’Aéropage, avec l’Acropole dans le dos à Athènes, pendant les mesures de confinement prises dans le cadre de l’épidémie de coronavirus, le 1er mai 2020 (Crédit : AP Photo/Petros Giannakouris)

Les tests, qui sont également disponibles pour ceux qui quitteront l’Autriche, pourront être aussi utilisés pour prouver que les voyageurs ne sont pas malades une fois arrivés à destination, a fait savoir l’aéroport dans un communiqué. Le test de dépistage coûtera 190 euros.

Cette proposition permet de concrétiser une suggestion qui avait été faite, début avril, par Netanyahu, alors qu’il avait initié une visioconférence avec les sept leaders.

A ce moment-là, le Premier ministre israélien avait proposé de créer des « pôles aériens sûrs » en Europe pour minimiser les dégâts entraînés par les restrictions sur les voyages aériens.

« Nous pouvons désigner des aéroports pour nous, pour chacun d’entre nous. Et dire de celui que nous avons choisi : ‘C’est un aéroport propre. Nous livrons des efforts constants pour conserver sa propreté. Nous le nettoyons, nous le désinfectons en permanence – vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et nous testons également les gens qui y travaillent tout le temps’ », avait suggéré Netanyahu.

Jérusalem et Vienne auraient mis en place une coordination étroite dans leurs réponses respectives contre l’épidémie de coronavirus, Israël modelant ses stratégies pour alléger ses restrictions sur l’Autriche – qui a été l’un des tous premiers États européens à rouvrir son économie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...