Transfert de blindés aux forces de l’AP permis, colère des chefs d’implantations
Rechercher

Transfert de blindés aux forces de l’AP permis, colère des chefs d’implantations

Après des années de rejet des demandes, Jérusalem a approuvé le transfert des véhicules

Les forces de sécurités palestiniennes à Hébron, le 14 novembre 2017. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Les forces de sécurités palestiniennes à Hébron, le 14 novembre 2017. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Israël a autorisé le transfert de 10 véhicules blindés aux forces de sécurité palestinienne en Cisjordanie, après des années de rejet des demandes, ont annoncé mardi des médias palestiniens.

Les véhicules fournis par l’Union européenne sont entrés en Cisjordanie à travers la Jordanie, a expliqué l’article.

On ne sait pas clairement ce qui a poussé Israël à accepter l’entrée de véhicules à ce moment précis, mais la décision est intervenue au milieu de préoccupations que l’Autorité palestinienne pourrait réduire la coopération sécuritaire avec Israël en Cisjordanie pour un différend impliquant les revenus liés aux taxes. Des officiels israéliens ont déclaré que la coopération est vitale pour la lutte contre le terrorisme.

Mardi soir, des officiels de la sécurité restés anonymes ont déclaré à des médias israéliens que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense de l’époque Avidgor Liberman ont approuvé le transfert il y a neuf mois, à la demande de Washington.

Des tensions entre Israël et l’AP ont augmenté au cours des derniers mois après la décision d’Israël de déduire de ses transferts de taxe à l’AP les sommes d’argent que les Palestiniens paient aux terroristes emprisonnés ou aux suspects de terrorisme, mais aussi aux familles de ceux qui ont tué des Israéliens dans des attaques.

En février, le cabinet de sécurité a approuvé une coupe de 138 millions de dollars de financements de l’AP, le montant dont des officiels israéliens ont estimé qu’il avait été versé aux terroristes et à leurs familles en 2018.

Les déductions ont conduit l’AP à refuser tous les transferts de taxe en provenance d’Israël, forçant ainsi Ramallah à imposer des mesures d’austérité pour gérer le déficit budgétaire.

Cela a inclus des coupes dans les salaires des employés et, parmi eux, des membres des forces de sécurité.

Selon les accords de paix d’intérim, Israël collecte les droits de douane et d’autres taxes au nom de l’AP, et transfert les fonds aux Palestiniens chaque mois. Des transferts couvrent environ deux-tiers du budget du gouvernement palestinien.

Israël a dit que les aides aux familles des prisonniers encourageaient les violences. Des palestiniens décrivent les paiements comme une forme importante d’aide sociale et disent qu’ils sont responsables de leur citoyens.

Après la publication de la nouvelle, des dirigeants des implantations israéliennes ont fait part de leur colère.

Le député de l’Union des partis de droite Moti Yogev a écrit sur Twitter qu’il avait demandé une réunion urgente de conseil de Défense et des Affaires étrangères de la Knesset, qualifiant le transfert de « crime mettant des vies en danger ».

Yossi Dagan, le président du conseil régional de Samarie, a affirmé que les forces de sécurité de l’AP étaient impliquées dans de « nombreuses » attaques terroristes mortelles.

Yossi Dagan, le chef du Conseil régional de Shomron, s’adresse à la 14e Conférence annuelle de B’Sheva Jerusalem le 12 février 2017. (Photo par Yonatan Sindel/Flash90)

Il a qualifié les forces de sécurité de l’AP de « terroristes en uniforme » et a dit que les armer était « une négligence pure et simple de la vie humaine et un risque déraisonnable pour les vies de soldats israéliens et les résidents de Judée et Samarie ».

Yochai Damri, le président du conseil régional de Har Hébron, a déclaré dans un communiqué : « Pourquoi les Palestiniens ont-ils besoin de véhicules blindés ? Qui leur tire dessus exactement ? Nous paierons pour cette mauvaise décision avec le sang de nos résidents et de nos soldats ».

Des officiels israéliens ont dit que les opérations des forces de sécurité de l’AP sont dans le meilleur intérêt d’Israël, et les ont crédités d’avoir déjoué de nombreuses attaques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...