Transfert de l’ambassade à Jérusalem : Washington n’a « rien à annoncer »
Rechercher

Transfert de l’ambassade à Jérusalem : Washington n’a « rien à annoncer »

Le roi Abdallah II a expliqué, de son côté, aux législateurs américains que leur promesse pourrait attiser le terrorisme et saper les efforts de paix

L'ambassade américaine à Tel Aviv. (Crédit : Flash90)
L'ambassade américaine à Tel Aviv. (Crédit : Flash90)

La Maison Blanche a jugé mercredi « prématurées » les informations selon lesquelles les Etats-Unis s’apprêteraient à annoncer le transfert de leur ambassade en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, promesse électorale de Donald Trump.

« Ce sont des informations prématurées. Nous n’avons rien à annoncer », a déclaré Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif.

La communauté internationale n’a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, ni l’annexion de sa partie orientale conquise en 1967, si bien que les ambassades étrangères sont installées à Tel-Aviv.

Si Israël considère la Ville sainte comme sa capitale « éternelle et réunifiée », les Palestiniens estiment au contraire que Jérusalem-Est doit être la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

Une loi du Congrès adoptée en 1995 stipule que la représentation diplomatique de Washington dans l’Etat hébreu doit se trouver à Jérusalem. Mais depuis deux décennies, une clause dérogatoire, signée tous les six mois par tous les présidents américains successifs, permet à l’exécutif américain de bloquer son application.

Selon un responsable du département d’Etat, la prochaine échéance interviendra lundi.

Jared Kushner, conseiller du président américain Donald Trump, dans le Michigan, le 15 mars 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

Il y a quelques semaines, Trump, qui a chargé son gendre Jared Kushner de relancer un processus de paix au point mort depuis 2014, avait justifié sa première décision, prise en juin, de suivre la voie tracée par ses prédécesseurs en dépit de ses promesses de campagne.

« Je veux donner sa chance (à un processus de paix, NDLR) avant de penser à déménager l’ambassade à Jérusalem », avait-il expliqué.

Le vice-président Mike Pence a cependant affirmé mardi que Trump envisageait « sérieusement » ce transfert.

Le déplacement de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem menacerait les perspectives de paix, a déclaré mercredi le roi jordanien Abdallah II aux Américains.

Soulignant qu’il n’existait pas d’alternative à la solution à deux Etats, le souverain hachémite a affirmé qu’il était important qu’aucune mesure ne soit prise pour saper les efforts américains destinés à relancer des pourparlers de paix, a indiqué le Jordan Times.

Le roi, en visite à Washington pour discuter de la coopération stratégique, militaire et économique américano-jordanienne, a déclaré que le déplacement de l’ambassade ne pourrait survenir que dans le cadre d’un accord global pour un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale.

Déménager l’ambassade américaine maintenant pourrait inciter les terroristes à attiser la colère, la frustration et le désespoir afin de répandre leurs idéologies, a-t-il encore mis en garde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...