Travailleurs illégaux en Israël : Une mère philippine et son bébé expulsés
Rechercher

Travailleurs illégaux en Israël : Une mère philippine et son bébé expulsés

Les autorités ont dit que la mère avait accepté de quitter le pays avec sa fille

Une photo d'une aide philippine qui assiste une personne âgée le 2 novembre 2010.  (Moshe Shai/Flash90)
Une photo d'une aide philippine qui assiste une personne âgée le 2 novembre 2010. (Moshe Shai/Flash90)

Une femme philippine, qui était restée illégalement pour travailler en Israël après l’expiration de son visa, a été renvoyée chez elle avec son bébé de 11 mois, ont annoncé les autorités d’immigration lundi.

L’expulsion de travailleurs étrangers, avec leur accord ou de force, a été critiquée à cause de l’impact que cela peut avoir sur les enfants qui sont nés dans le pays, et dont certains ont passé des années dans le système israélien.

L’Autorité de l’immigration et de frontières (PIBA) du ministère de l’Intérieur a dit que la soignante philippine était arrivée en Israël il y a 13 ans après avoir obtenu un visa de travail pour une durée déterminée. Elle était restée illégalement en Israël après l’expiration de son visa.

Les autorités ont dit que la mère avait accepté de quitter le pays avec sa fille.

La femme et son bébé ont été arrêtés la semaine dernière dans la ville du centre du pays de Petah Tikva. Le consul philippin lui avait rendu visite alors qu’elle était en détention et lui a donné un passeport afin qu’elle puisse renter dans son pays natal.

Une deuxième famille de travailleurs étrangers a été arrêtée lundi matin, a déclaré le PIBA. La famille – une femme philippine, son mari turc et leurs deux enfants, âgés de 2 et 3 ans – a été arrêtée dans sa maison au sud de Tel Aviv. Ils ont été emmenés pour une audience avant d’être transférés vers un centre de détention à l’aéroport Ben Gurion d’où ils vont quitter le pays.

« Ces sont des ressortissants étrangers qui vivent en Israël depuis très longtemps, contre la loi et sans statut », a déclaré la PIBA dans un communiqué. L’autorité a déclaré que les deux mères philippines avaient été arrêtées plus tôt cette année, mais qu’étant donné des circonstances spécifiques, elles avaient été autorisées à rester dans la pays pendant que leurs enfants finissaient l’année scolaire. Les étrangers devaient partir de manière volontaire, a noté la PIBA, plutôt que d’être officiellement expulsés.

Ces informations ont été révélées après qu’un tribunal a statué sur deux cas très médiatisées impliquant des travailleurs étrangers qui allaient être expulsés contre leur volonté.

Ofrecina (Precy) Koanka et son fils ayant des troubles cognitifs Michael James, connu sous le nom de MJ, 12 ans. (Capture d’écran)

Le tribunal a accepté de libérer une employée philippine et son fils avec des difficultés d’apprentissage, qui résident illégalement dans le pays, jusqu’à ce que le ministère de l’Intérieur donne une réponse définitive à leur demande de rester en Israël pour des raisons humanitaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...