Trois groupes se disputent la construction d’une usine de dessalement d’Israël
Rechercher

Trois groupes se disputent la construction d’une usine de dessalement d’Israël

Lorsque l'usine sera construire en 2023, la plus grande du pays, l'État juif produira 85 % de son eau potable grâce à la mer

L'usine de désalinisation de Sorek, au sud de Tel Aviv, le 22 novembre 2018 (Crédit :  Isaac Harari/Flash90)
L'usine de désalinisation de Sorek, au sud de Tel Aviv, le 22 novembre 2018 (Crédit : Isaac Harari/Flash90)

Trois entreprises participent à l’appel d’offres organisé pour la construction de la plus grande usine de désalinisation d’Israël, et la plus grande du monde à utiliser le principe d’osmose inversée.

Cette infrastructure relève d’une stratégie à long-terme visant à préparer Israël aux baisses de précipitations et à une sécheresse répétée par crainte des effets du changement climatique dans un Moyen-Orient aride.

Lorsque la nouvelle usine, la sixième du pays, sera prête, elle produira 200 millions de mètres-cubes d’eau par an, soit près d’un cinquième de l’eau consommée par les ménages et les municipalités en Israël chaque année, a fait savoir, jeudi, le ministère des Finances dans un communiqué.

Les trois soumissionnaires participant à l’appel d’offres pour financer, construire et exploiter l’usine pendant 25 ans sont l’entreprise israélienne IDE (Israel Desalination Enterprises) Technology, Hutchison Water et un partenariat entre Afcon, Acciona et Allied Investments, a annoncé le ministère.

Les trois entreprises ont déjà passé l’étape des vérifications minutieuses de leur adéquation financière, légale et technique par les responsables israéliens, ont indiqué les responsablement.

Visitors top up their glasses with treated sea water at a desalination plant near Hadera (photo credit: Shay Levy/Flash90)
Des visiteurs remplissent leur verre avec de l’eau traitée dans une usine de dessalement située aux abords de Hadera (Crédit : Shay Levy/Flash90)

L’entreprise qui remportera l’appel d’offres gagnera aussi le droit de construire une centrale électrique privée de 150-mégawatts pour garantir l’alimentation de l’usine, située près de Soreq.

La construction de l’infrastructure de dessalement doit commencer en 2020.

Le nouvel appel d’offres a été commandé par le gouvernement en juin 2018, notant les dégâts provoqués par la sécheresse longue de cinq ans qui a touché le pays et grandement nuit à ses ressources en eau.

Un autre appel d’offres pour une septième usine est prévu cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...