Trois opposants iraniens renvoyés devant la justice danoise pour « terrorisme »
Rechercher

Trois opposants iraniens renvoyés devant la justice danoise pour « terrorisme »

Les trois dirigeants en exil d'un groupe séparatiste arabe iranien sont accusés de "financement et promotion du terrorisme" en Iran avec le concours de l’Arabie saoudite

Cette photographie prise le 26 juin 2020 montre des policiers patrouillant devant le tribunal de Roskilde au Danemark qui doit rendre son verdict pour déterminer si un homme irano-norvégien est coupable d'avoir aidé les services de renseignements iraniens à assassiner un opposant iranien exilé dans la ville de Ringsted. (Photo par Mads Claus Rasmussen / Ritzau Scanpix / AFP)
Cette photographie prise le 26 juin 2020 montre des policiers patrouillant devant le tribunal de Roskilde au Danemark qui doit rendre son verdict pour déterminer si un homme irano-norvégien est coupable d'avoir aidé les services de renseignements iraniens à assassiner un opposant iranien exilé dans la ville de Ringsted. (Photo par Mads Claus Rasmussen / Ritzau Scanpix / AFP)

Trois dirigeants en exil d’un groupe séparatiste arabe iranien ont été renvoyés jeudi devant la justice danoise pour « financement et promotion du terrorisme » en Iran avec le concours de l’Arabie saoudite.

« Trois membres dirigeants de l’ASMLA (le Mouvement arabe de lutte pour la libération d’Ahvaz) sont accusés de financement et de promotion du terrorisme en Iran en coopération avec un service de renseignement saoudien », a indiqué le parquet dans un communiqué.

Le procès doit s’ouvrir le 29 avril à Roskilde près de Copenhague. Les trois Iraniens encourent 12 ans de prison.

Le trio est incarcéré au Danemark depuis février 2020 mais l’affaire remonte à 2018, lorsqu’une gigantesque chasse à l’homme avait immobilisé le Danemark pendant une après-midi, coupant les communications entre plusieurs parties du pays.

La police danoise cherche alors à déjouer une tentative d’assassinat sur l’un des trois hommes, pour laquelle un Norvégien d’origine iranienne, accusé d’avoir agi pour le compte de Téhéran, a depuis été condamné par la justice danoise.

Mais l’opération amène aussi les autorités danoises à s’intéresser aux activités des trois membres de l’ASMLA.

La police procède ensuite à leur arrestation, les soupçonnant d’avoir collecté des informations sur des individus et des entreprises au Danemark et à l’étranger, en coopération avec le renseignement saoudien.

L’affaire avait illustré l’exportation des vives tensions entre Ryad et Téhéran jusque dans un pays d’Europe du Nord.

L’Arabie saoudite sunnite est le principal rival de la République islamique au Moyen-Orient et Téhéran l’accuse régulièrement, tout comme les États-Unis et Israël, de soutenir les groupes séparatistes.

Outre le financement et la promotion du terrorisme, les trois hommes, dont l’identité n’a pas été rendue publique, sont accusés d’avoir porté assistance à un service de renseignement saoudien, notamment sur des affaires militaires.

Les infractions ont été commises entre 2012 et 2020, a précisé le Parquet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...