Trump annonce que Bahreïn et Israël vont normaliser leurs relations
Rechercher

Trump annonce que Bahreïn et Israël vont normaliser leurs relations

"Encore une percée historique aujourd'hui !", a tweeté le locataire de la Maison Blanche, un mois après l'accord historique entre les Emirats arabes unis et l'Etat hébreu

Cette combinaison de photos montre, à gauche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu présidant la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem le 28 juin 2020 et, à droite, le roi Hamad bin Isa Al Khalifa de Bahreïn, s'entretenant avec un autre délégué lors du 40e sommet du Conseil de coopération du Golfe tenu à Riyad, la capitale saoudienne, le 10 décembre 2019. (Crédits : Ronen Zvulun et Fayez Nureldine / Sources diverses / AFP)
Cette combinaison de photos montre, à gauche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu présidant la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem le 28 juin 2020 et, à droite, le roi Hamad bin Isa Al Khalifa de Bahreïn, s'entretenant avec un autre délégué lors du 40e sommet du Conseil de coopération du Golfe tenu à Riyad, la capitale saoudienne, le 10 décembre 2019. (Crédits : Ronen Zvulun et Fayez Nureldine / Sources diverses / AFP)

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi que Bahreïn et Israël allaient normaliser leurs relations, un mois après l’accord historique entre les Emirats arabes unis et l’Etat hébreu.

« Encore une percée historique aujourd’hui ! », a tweeté le locataire de la Maison Blanche. 

« Nos deux grands amis Israël et Bahreïn ont conclu un Accord de Paix », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué commun entre les Etats-Unis, Israël et Bahreïn, les dirigeants des trois pays ont annoncé l’établissement de relations diplomatiques entre Israël et le Royaume de Bahreïn.

L’Autorité palestinienne et le mouvement terroriste du Hamas ont fustigé l’accord de normalisation.

« L’accord entre Bahreïn et Israël est un coup de poignard dans le dos de la cause palestinienne et du peuple palestinien », a déclaré à l’AFP Ahmad Majdalani, ministre des Affaires sociales de l’Autorité palestinienne. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a dénoncé une « agression » portant un « grave préjudice » à la cause palestinienne.

Une vue du quartier d’affaires de Manama, la capitale du Bahreïn. (Crédit : CC-BY Jayson De Leon/Wikimedia Commons)

La normalisation des relations entre Israël et les alliés des Etats-Unis au Moyen-Orient, y compris les riches monarchies du Golfe, est un objectif clé de la stratégie régionale de M. Trump pour contenir l’Iran, ennemi intime de Washington et de l’Etat hébreu.

Bahreïn et Israël partagent la même hostilité à l’égard de Téhéran, que Manama accuse d’instrumentaliser la communauté chiite de Bahreïn contre la dynastie sunnite au pouvoir.

Lors d’une visite du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo à Manama fin août, le roi de Bahreïn avait réaffirmé que son pays soutenait la création d’un Etat palestinien, semblant rejeter implicitement l’appel de Washington à établir rapidement des relations avec Israël.

Le communiqué commun diffusé par la Maison Blanche précise que Bahreïn se joindra à une cérémonie de signature prévue mardi à la Maison Blanche en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a lui salué l’accord, le qualifiant « d’historique ».

« Je salue cette importante étape qui vise à consolider la stabilité et la paix au Moyen-Orient et qui permettra de trouver une solution juste et permanente à la cause palestinienne », a tweeté M. Sissi dont le pays a été signataire, également sous la tutelle de Washington, du premier traité de paix avec l’Etat hébreu en 1979.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...