Trump proclame le début du « Mois du patrimoine juif américain »
Rechercher

Trump proclame le début du « Mois du patrimoine juif américain »

Le président des États-Unis a fait l'éloge de la communauté pour ses contributions à la société, déclare que les Juifs "ont contribué à guider le caractère moral de notre nation"

Le président américain Donald Trump durant une conférence de presse dans la roseraie de la Maison Blanche, le 30 avril 2018 (Crédit :  AFP PHOTO / SAUL LOEB)
Le président américain Donald Trump durant une conférence de presse dans la roseraie de la Maison Blanche, le 30 avril 2018 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)

Le président américain Donald Trump a proclamé lundi le début du Mois du patrimoine juif américain, marqué chaque année depuis 2006 à travers les États-Unis et précédé chaque année d’une annonce du président.

Dans un communiqué, Trump a déclaré : « Les Juifs américains ont aidé à guider le caractère moral de notre nation ».

Trump a évoqué la contribution du peuple juif au bien-être social de la société américaine.

« Leur passion pour la justice sociale et leur gentillesse envers les étrangers est enracinée dans la croyance que Dieu a créé tout le monde à son image et que nous méritons tous la dignité et la paix », peut-on lire dans la déclaration de Trump. « Ces croyances ont inspiré les Juifs américains pour construire des associations de solidarité, des hôpitaux et des établissements scolaires qui leur ont permis, ainsi qu’à leurs concitoyens américains, de faire progresser la société américaine ».

Le président a également parlé de l’implication des Juifs dans les mouvements de défense des droits de l’homme.

« Les Juifs américains ont défilé pour les droits civils à Selma et se sont battus pour la liberté de leurs frères derrière le rideau de fer. Par leurs actions, ils ont rendu le monde meilleur », a-t-il dit.

Trump a félicité la communauté juive américaine pour sa contribution à la politique, aux arts, à la science et à la philanthropie, affirmant que les Juifs « renforcent notre nation et la rendent plus prospère ».

Mordecai Noah. (Domaine public John Wood Dodge, Wikimedia Commons)

« La communauté juive américaine est un brillant exemple de la manière dont l’enchâssement de la liberté de religion et la protection des droits des minorités peuvent renforcer une nation. Pour cette raison et bien d’autres, la communauté juive américaine mérite notre respect, notre reconnaissance et notre gratitude ».

Trump a cité Mordecai Noah, qui, il y a 200 ans, a prononcé un discours devant les membres de la première synagogue d’Amérique, la Congrégation Sheerith Israël, dans lequel il a dit : « Pour la première fois en dix-huit siècles, on peut dire que le Juif ressent qu’il est né égal, et a droit à une protection égale ; il peut maintenant respirer librement ».

Noah, né aux États-Unis, était dramaturge, diplomate et journaliste, et le plus important dirigeant laïc juif à New York au début du XIXe siècle.

Contrairement au message de l’an dernier, Trump n’a fait aucune mention des membres de sa famille juive – sa fille Ivanka, son gendre Jared Kushner ou ses petits-enfants juifs.

Ivanka Trump, Jared Kushner et leurs trois enfants allument les bougies de Hanoukka pendant leurs vacances à Hawaï, en décembre 2016. (Crédit : Twitter/Ivanka Trump)

Le Mois du patrimoine juif américain a d’abord été marqué par le président de l’époque, George W. Bush, qui, le 20 avril 2006, a publié la première proclamation présidentielle en la matière.

La proclamation a été précédée cette année-là par une résolution de la Chambre qui « exhorte le Président à publier chaque année une proclamation appelant les gouvernements d’État et locaux et le peuple des États-Unis à observer un Mois de l’histoire juive américaine avec des programmes, des cérémonies et des activités appropriées ».

Par le passé, M. Trump a été accusé de ne pas prendre une position plus ferme contre l’antisémitisme de certains de ses sympathisants.

En février, Jonathan Greenblatt, PDG de la Ligue Anti-Diffamation (ADL), a déclaré que Trump était en partie responsable de l’augmentation des incidents antisémites aux États-Unis.

« Les retweeting du président sur Twitter des suprémacistes blancs et des insultes antisémites pendant la campagne et, plus récemment, le partage de tweets d’un groupe raciste britannique – c’est alarmant. Ces tweets et cette rhétorique ont enhardi et encouragé les pires antisémites et racistes », a dit M. Greenblatt.

En janvier 2017, Trump a publié une déclaration à l’occasion de la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste, dans laquelle il s’engageait à combattre les forces du mal, mais omettait de mentionner les Juifs ou l’antisémitisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...