Trump promulgue la loi « Plus jamais ça » d’éducation à la Shoah
Rechercher

Trump promulgue la loi « Plus jamais ça » d’éducation à la Shoah

Cette nouvelle législation va allouer 10 millions de dollars à la sensibilisation à la Shoah et à la création d'un site web avec des contenus pour tous les enseignants américains

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le président américain Donald Trump s'exprime à Israeli American Council National Summit 2019 au Diplomat Beach Resort à Hollywood, en Floride le 7 décembre  2019. (Photo par MANDEL NGAN / AFP)
Le président américain Donald Trump s'exprime à Israeli American Council National Summit 2019 au Diplomat Beach Resort à Hollywood, en Floride le 7 décembre 2019. (Photo par MANDEL NGAN / AFP)

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a promulgué, jeudi, une législation qui prévoit d’allouer dix millions de dollars de financement fédéral afin de renforcer l’éducation à la Shoah. Ce plan couvrira les cinq prochaines années à venir.

Rédigée par Carolyn Maloney, membre du congrès pour New York, le « Never Again Education Act » (Loi d’éducation « Plus jamais ça ») va allouer des millions de dollars à l’élargissement du programme de sensibilisation mis en place par le musée mémorial américain de la Shoah, à la création d’un site internet qui offrira des contenus aux enseignants et à l’organisation d’ateliers de travail consacrés à l’éducation à la Shoah dans tout le pays.

Ce projet de loi avait obtenu un soutien bipartisan à la Chambre des représentants avec 302 co-parrains, et avait été adopté lors d’un vote de 393 voix « pour » et de trois voix « contre » à l’occasion de la Journée de commémoration de la Shoah, au mois de janvier. Le Sénat l’avait ensuite adopté à l’unanimité, le 13 mai, l’envoyant alors sur le bureau du président.

Cette signature de Trump a lieu alors que les incidents antisémites connaissent une forte hausse aux Etats-Unis.

Au début du mois, l’ADL (Anti-Defamation League) a diffusé de nouvelles données établissant que 2 107 actes antisémites avaient été dénombrés en 2019 – plus que n’importe quelle autre année depuis que le groupe a commencé à recueillir de tels chiffres, en 1979. Parmi ces incidents, 61 agressions physiques, 1 127 exemples de harcèlement et 919 actes de vandalisme.

Communiquant ces données, le chef de l’ADL, Jonathan Greenblatt, avait appelé les responsables politiques et autres élus à se dresser avec force contre l’antisémitisme et toutes les autres formes de haine.

« Si nous souhaitons mettre le couvercle sur tous ceux qui sèment la haine, nous devons non seulement combattre les activités criminelles mais nous devons également lutter contre l’apathie qui survient lorsque l’antisémitisme se trouve normalisé », a clamé Greenblatt. « C’est la raison pour laquelle nous insistons sur le fait que nos responsables, à tous les niveaux, doivent prendre les devants et s’exprimer à voix forte pour dénoncer clairement l’antisémitisme et la haine – d’où qu’ils viennent et à chaque fois qu’ils se présentent. »

Manifestation du Ku Klux Klan contre le retrait d’une statue équestre du général confédéré Robert Lee d’un jardin public de Charlottesville, en Virginie, le 8 juillet 2017. (Crédit : Chet Strange/Getty Images/AFP)

Trump avait été âprement critiqué au mois d’août 2017 lorsqu’il avait déclaré qu’il y avait « des gens très bien » qui avaient défilé aux côtés des néo-nazis lors d’un rassemblement suprématiste blanc à Charlottesville, en Virginie.

L’adoption par le président du « Never Again Education Act » a été saluée par les groupes juifs et pro-israéliens qui ont soutenu la législation.

« Cette signature vient faire aboutir une initiative bipartisane visant à garantir que les enseignants auront des ressources plus importantes à leur disposition pour apprendre à leurs élèves les leçons déterminantes qui sont à tirer de la Shoah », a fait savoir Hadassh, un groupe sioniste de femmes, dans une déclaration.

« Apprendre comment la Shoah est arrivée, à qui et pourquoi, ce n’est pas seulement de l’histoire », a ajouté l’organisation. « C’est une leçon pour aujourd’hui et pour demain. Il est impossible de lutter contre la haine si on est incapable de l’identifier. »

Cette nouvelle loi permettra d’investir plus de fonds dans le musée de la Shoah de Washington, exigera du musée qu’il développe des ressources précises et fiables tout en aidant à les propager – avec pour objectif d’améliorer la sensibilisation et l’enseignement de la Shoah.

Ces financements permettront également de mettre en place un site internet qui sera géré par le musée de la Shoah, où les professeurs de tous les Etats-Unis pourront trouver des contenus de cours.

Un groupe d’enfants portant des uniformes de camp de concentration derrière une clôture de barbelés dans le camp de concentration nazi d’Oswiecim (Auschwitz), photographié juste après la libération par l’armée soviétique, en janvier 1945. (Crédit : AP Photo)

Une étude majeure réalisée au mois de janvier avait montré que la majorité des adultes, aux Etats-Unis, savaient de manière générale ce qu’avait été la Shoah mais qu’un grand nombre d’entre eux ne connaissaient pas les faits les plus basiques du génocide des Juifs européens par l’Allemagne nazie.

L’enquête, qui avait été réalisée par le centre de recherche Pew, avait établi qu’une grande partie des adultes américains ignoraient que six millions de Juifs environ avaient été tués pendant la Shoah ou que le leader nazi Adolf Hitler était arrivé au pouvoir via des élections démocratiques.

« Avec la hausse odieuse de l’antisémitisme qui balaie la nation, nous constatons l’impact dramatique que peut avoir l’ignorance de la Shoah », avait déclaré un groupe évangélique pro-israélien, Christians United for Israel. « Aucun apprentissage, pour un élève, ne peut être complet sans une compréhension forte de ce que fut le plus important génocide de toute l’Histoire. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...