Trump se déclare vainqueur d’une élection indécise ; Biden contre-attaque
Rechercher

Trump se déclare vainqueur d’une élection indécise ; Biden contre-attaque

Le journaliste israélien Amit Segal a accusé Trump de priver du droit de vote les millions d'Américains dont les bulletins n'ont pas encore été dépouillés

Le président Donald Trump prononce un discours dans l'East Room à la Maison Blanche, le 4 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Evan Vucci)
Le président Donald Trump prononce un discours dans l'East Room à la Maison Blanche, le 4 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Evan Vucci)

Donald Trump a plongé mercredi les États-Unis dans l’inconnu en se déclarant vainqueur de la présidentielle au moment où le décompte se poursuivait, provoquant une contre-attaque immédiate de son adversaire Joe Biden, en position plus favorable pour l’emporter.

Le spectre de longues journées d’incertitudes et d’âpres batailles judiciaires hante désormais la première puissance mondiale, déjà secouée par des crises sanitaire, économique et sociale d’ampleur.

« Honnêtement, nous avons gagné l’élection », a déclaré le président républicain des États-Unis lors d’une allocution depuis les salons de la Maison Blanche. Évoquant une « fraude » sans livrer aucun élément concret, il a réclamé de manière très confuse que « tous les votes cessent » et assuré vouloir saisir la Cour suprême.

Donald Trump, 74 ans, avait auparavant accusé les démocrates d’essayer de « voler l’élection », dans un message contre lequel Twitter a immédiatement mis en garde ses utilisateurs, estimant qu’il pouvait être « trompeur ».

Un bureau de vote à Las Vegas, le 3 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/John Locher)

« C’est une situation extrêmement inflammable et le président vient de jeter une allumette dessus », a commenté Chris Wallace, journaliste de Fox News.

Le camp Biden a dénoncé des propos présidentiels « scandaleux » et « sans précédent ».

« C’est une tentative délibérée de priver les citoyens américains de leurs droits démocratiques », a réagi l’équipe de campagne du démocrate, assurant être prête à « combattre » en justice si Donald Trump saisissait la Cour suprême.

Joe Biden, 77 ans, s’était auparavant dit en bonne voie pour remporter ce scrutin, appelant les Américains à faire preuve de patience. « Gardez la foi, nous allons gagner ! », avait lancé l’ancien vice-président de Barack Obama devant les sympathisants démocrates réunis dans son fief de Wilmington, dans le Delaware.

Le candidat démocrate Joe Biden s’adresse à ses supporters à Wilmington, dans le Delaware, le 4 novembre 2020. (Crédit ; AP Photo/Paul Sancya

Dans plusieurs états clés, l’issue du scrutin restait indécise.

Une certitude : la vague démocrate, espérée par certains dans le camp Biden qui se prenaient à rêver de victoires historiques en Caroline du Nord ou encore au Texas, n’a pas eu lieu.

En Israël, Amit Segal, un éminent journaliste politique, connu pour ses positions à droite, a déclaré qu’il préférerait que Donald Trump remporte l’élection, mais a vivement critiqué son discours de victoire prématuré.

Le correspondant politique de la Deuxième chaîne Amit Segal (Crédit : CC BY-SA Hanay / Wikimedia Commons)

« Comme la plupart des Israéliens, je serais ravi si Trump restait président des États-Unis », a-t-il écrit sur Facebook. « Mais son discours de ce matin est le plus gênant [qu’il ait pu prononcer] depuis son entrée en politique. »

Il a accusé Trump de priver du droit de vote les millions d’Américains dont les bulletins de vote n’ont pas encore été dépouillés.

« C’était assez effrayant. »

« Ce que nous venons de voir est un moment terrible pour la démocratie » a tweeté Nadav Eyal, journaliste à la Treizième chaîne, une chaîne concurrente. « Si le président compte vraiment aller jusqu’à la Cour suprême (pour faire quoi ?) avant même que les votes ne soient comptabilisés, c’est l’ensemble du concept de leadership qui est branlant. »

Nadav Eyal a souligné que le vice-président de Trump Mike Pence n’avait pas repris les affirmations de son colistier.

Aux États-Unis, les éditorialistes ont fait part de leur indignation après les propos infondés du président américain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...