Tsahal abat un drone de Gaza
Rechercher

Tsahal abat un drone de Gaza

Un reportage télévisé a expliqué que le petit drone avait traversé la frontière et avait été abattu dans le territoire israélien

Illustration : un drone israélien survole Gaza (Crédit : AP/Hatem Moussa)
Illustration : un drone israélien survole Gaza (Crédit : AP/Hatem Moussa)

Samedi soir, des militaires israéliens ont abattu un petit drone qui s’approchait de la frontière de sécurité dans le sud de la bande de Gaza, a déclaré Tsahal.

Le drone, qui ne transportait pas d’explosifs ni d’autres matériaux dangereux, a été emporté pour être analysé.

La Douzième chaîne a rapporté que le drone avait survolé la frontière avant d’être abattu et que des soldats avaient récupéré ce qu’il en restait dans le territoire israélien. Un porte-parole de l’armée n’a pas été en mesure de confirmer les détails présentés dans le reportage.

Le mois dernier, l’armée a abattu deux drones à Gaza dans des incidents distincts.

En règle générale, l’armée israélienne n’agit pas contre les drones qui survolent la bande de Gaza, sauf s’ils s’approchent de la frontière ou volent à de très hautes altitudes.

L’incident a suivi un rare week-end de calme le long de la frontière de Gaza, où pour la deuxième semaine consécutive les manifestations du vendredi ont été annulées. La décision – il s’agissait seulement de la quatrième fois que les manifestations hebdomadaires ont été annulées depuis qu’elles ont commencé à la fin mars 2018 – a été vue comme une initiative des dirigeants du Hamas pour éviter de nouvelles confrontations avec Israël.

Les jeeps de l’armée patrouillent sur la frontière avec la bande de Gaza, le 17 octobre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les manifestations avaient également été annulées le week-end précédent, dans le sillage d’un affrontement entre Israël et le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien.

La Haute commission nationale pour la Marche du Retour et la Fin du siège, qui inclut des représentants des groupes terroristes basés à Gaza et d’autres factions politiques, a déclaré que les manifestations ont été annulées cette semaine pour permettre « au peuple palestinien de continuer à aider des membres de familles de martyrs, de soigner les blessés et d’assister ceux dont les maisons ont été endommagées lors de l’agression israélienne ».

Vendredi, un article non confirmé et publié dans le journal pro-Hezbollah al-Akhbar a annoncé que le comité responsable de l’organisation des manifestations hebdomadaires discutait pour savoir s’il fallait réduire la fréquence des manifestations à « une fois par mois ou lors d’occasions nationales », selon une source au sein de la commission.

Israël et le Jihad islamique se sont engagés dans une confrontation de 48 heures, du 12 au 13 novembre, après que Tsahal a tué Haha Abu al-Ata, un chef terroriste. Lors de l’escalade des tensions, le groupe terroriste a tiré près de 450 roquettes et mortiers sur l’Etat juif, qui a riposté avec de nombreuses frappes de représailles dans Gaza.

Contrairement aux précédents épisodes de combat, le groupe terroriste du Hamas ne s’est pas impliqué dans l’affrontement, et Israël ne l’a pas visé.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...