Tsahal accuse Lockheed-Martin de ne pas l’avoir informé d’un défaut sur le Yasur
Rechercher

Tsahal accuse Lockheed-Martin de ne pas l’avoir informé d’un défaut sur le Yasur

L’armée de l’Air israélienne a établi que l’accident d’hélicoptère de l’année dernière avait été causé par un relai défectueux

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un hélicoptère Yasur de l'armée israélienne, le 19 avril 2018. (Moshe Shai/Flash90)
Un hélicoptère Yasur de l'armée israélienne, le 19 avril 2018. (Moshe Shai/Flash90)

Vendredi, l’armée israélienne a accusé Lockheed Martin, le fabricant du grand hélicoptère de transport Yasur, de ne pas avoir informé l’armée du défaut d’un composant de l’appareil. Ce défaut technique avait conduit un des hélicoptères à prendre feu et nécessité un atterrissage d’urgence dans un terrain du sud d’Israël à la fin de l’année dernière.

Le 26 novembre, les pilotes de l’hélicoptère Sikorsky CH-53 Etalon des Mers avec 14 personnes à bord ont été contraints à effectuer un atterrissage d’urgence après que l’appareil a pris feu lors d’un vol d’entraînement. Tout le monde s’en est sorti indemne, mais l’hélicoptère a été intégralement détruit.

Vendredi, une équipe dirigée par un colonel de l’armée de l’Air a terminé son enquête sur l’événement et présenté ses conclusions au chef de l’armée de l’Air, le général Amikam Norkin.

L’équipe a mis en évidence que l’incendie initial avait été causé par un dysfonctionnement dans l’un des relais électromécaniques conduisant au moteur gauche de l’appareil, « ce qui a causé l’incendie dans l’hélicoptère », a déclaré l’armée dans un communiqué.

« Alors que ce dysfonctionnement avait été identifié par l’entreprise, l’information n’a jamais été transmise à l’armée de l’Air. L’équipe d’investigation a trouvé que les procédures de maintenance de l’armée de l’air n’ont pas permis de mettre en évidence le dysfonctionnement du relai électromécanique », a expliqué l’armée de l’Air.

Lockheed Martin, qui possède Sikorsky, a déclaré se pencher sur la question.

« Sikorsky continue à travailler avec les autorités d’enquête de l’Armée de l’Air au sujet de cet incident. Nous partagerons toute information vérifiée avec la flotte en fonction. Pour l’instant, nous n’avons pas d’autre commentaire », a-t-il dit.

Le chef de l’armée de l’Air Norkin a expliqué que le dysfonctionnement était irrégulier, mais qu’il pensait que tout accident pouvait être évité. Dès lors, il a appelé de ses voeux à la création de nouveaux protocoles de maintenance afin de détecter d’autres problèmes à l’avenir.

Norkin a également salué la bonne réaction des pilotes – qui ont posé l’hélicoptère en moins d’une minute – permettant aux 14 soldats à bord de s’en tirer indemnes.

La flotte israélienne d’hélicoptère Yasur a été clouée au sol pendant un mois après l’atterrissage d’urgence, avant d’être remise en service au début janvier.

Les hélicoptères vieillissants, qui ont été achetés aux Etats-Unis à la fin des années 1960, doivent être retirés du service dans les prochaines années, même si aucun remplaçant de l’appareil n’a encore été choisi.

En 2010, un hélicoptère israélien Yasur s’est écrasé lors d’un exercice conjoint avec l’armée israélienne et l’armée de l’Air roumaine, tuant les cinq personnes à bord.

L’accident aurait apparemment été causé par une erreur humaine.

En 1997, deux hélicoptères Yasur se sont percutés en plein vol alors qu’ils se rendaient sur les lieux de la zone de sécurité alors située au sud Liban. Soixante-treize soldats avaient été tués dans ce qui a été la pire catastrophe aérienne d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...