Rechercher

Tsahal enquête sur la mort de Bar Falah après la tentative d’arrestation risquée

Le commandant-adjoint d'une unité d'élite ignorait que les suspects étaient armés jusqu'à ce qu'il se soit rapproché ; une tentative de les arrêter avait échoué

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les soldats inspectent une arme utilisée par un terroriste sur la scène d'un échange de coups de feu meurtrier avec les militaires, le 14 septembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Les soldats inspectent une arme utilisée par un terroriste sur la scène d'un échange de coups de feu meurtrier avec les militaires, le 14 septembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a annoncé, mercredi, l’ouverture d’une enquête sur le processus de décision qui a amené un officier à encadrer deux hommes armés palestiniens et à vouloir les arrêter aux premières heures de la matinée de mercredi – avant un échange de coups de feu meurtrier qui lui a coûté la vie.

L’officier, le major Bar Falah, commandant-adjoint de l’unité d’élite Nahal, a été tué au cours de cet incident survenu à proximité de la barrière de sécurité, aux abords du village palestinien de Jalamah.

Selon l’enquête initiale de l’armée israélienne, les deux hommes armés avaient été identifiés aux environs de 23 heures 40, mardi soir, par les soldats chargés de suivre les caméras de surveillance, à entre 15 à 20 mètres d’un poste militaire situé dans la dite « zone de jointure » qui sépare la Cisjordanie et le territoire israélien.

Deux soldats stationnés dans ce secteur ont lancé une procédure d’arrestation conforme au protocole, qui a inclus l’interpellation à voix forte des suspects, un coup de semonce et le jet d’une grenade incapacitante.

Les soldats ignoraient néanmoins que les deux individus étaient armés, selon l’enquête initiale.

Les deux Palestiniens ont semblé ensuite prendre la fuite. Falah et ses soldats ont alors été déployés sur les lieux.

Le major Bar Falah, 30 ans, commandant-adjoint de l’unité d’élite , Nahal, tué dans un échange de coups de feu avec deux terroristes à proximité de la barrière de sécurité en Cisjordanie, le 14 septembre 2022. (Autorisation)

Les suspects ont été à nouveau identifiés à 1 heure 20 du matin approximativement, et l’équipe de Falah a commencé à ramper en leur direction dans le but de les appréhender.

A 2 heures 15 du matin, les hommes armés ont ouvert le feu sur les troupes qui se trouvaient à quelques mètres. Falah a été touché et grièvement blessé mais il est parvenu à tirer plusieurs balles avant de s’éteindre, selon l’enquête.

Les deux hommes armés – l’un d’entre eux appartenait aux services de sécurité de l’Autorité palestinienne – ont été neutralisés dans la fusillade qui a suivi. Ils étaient en possession d’une mitraillette de type Carlo et d’une autre arme semi-automatique, a noté Tsahal.

Les médias palestiniens ont fait savoir qu’ils s’appelaient Ahmed Abed et Abdul Rahman Abed et qu’ils étaient originaires du village de Kafr Dan, à proximité de Jénine.

Ahmed Abed (à droite) et Abdul Rahman Abed, qui ont ouvert le feu sur les soldats israéliens, faisant un mort, avant d’être tués dans un échange de coups de feu consécutif en Cisjordanie, le 14 septembre 2022. (Image composite : Twitter)

Les militaires soupçonnent les deux individus d’avoir planifié de prendre en embuscade les soldats stationnés au poste militaire voisin, et qu’ils ont attendu, après avoir été une première fois remarqués, un moment plus opportun de passer à l’attaque.

Un drone armé avait été envoyé sur les lieux après qu’ils ont été localisés pour la première fois. Le drone n’avait finalement pas été utilisé, les militaires n’ayant pas remarqué que les suspects étaient armés, ont fait savoir les responsables de Tsahal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...