Tsahal frappe Gaza après des lancers de ballons incendiaires sur le sud d’Israël
Rechercher

Tsahal frappe Gaza après des lancers de ballons incendiaires sur le sud d’Israël

L'armée affirme que ses avions ont frappé une base du Hamas située près d'une école ; les médias palestiniens affirment qu'un drone israélien a été abattu

Des explosions illuminent le ciel nocturne au-dessus des bâtiments de la ville de Gaza, alors que les forces israéliennes bombardent l'enclave palestinienne, tôt le 16 juin 2021. (Crédit 
: MAHMUD HAMS / AFP)
Des explosions illuminent le ciel nocturne au-dessus des bâtiments de la ville de Gaza, alors que les forces israéliennes bombardent l'enclave palestinienne, tôt le 16 juin 2021. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Les avions de chasse de l’armée israélienne ont frappé une série de cibles à Gaza dans la nuit de dimanche à lundi, quelques heures après que des ballons incendiaires lancés depuis la bande de Gaza ont déclenché plusieurs incendies dans le sud d’Israël.

L’armée israélienne a déclaré que son aviation avait frappé plusieurs bâtiments dans une base militaire du Hamas, ainsi que des « infrastructures et des services publics non spécifiés utilisés pour les activités » du groupe terroriste.

Elle a noté que la base était située « à côté de sites civils, y compris une école », sans fournir de détails.

Selon le journal al-Resalah, affilié au Hamas, les avions israéliens ont bombardé des zones à l’ouest de la ville de Gaza, avant de frapper à l’est de Khan Younis. Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat.

Les médias palestiniens ont rapporté que des terroristes avaient tiré à la mitrailleuse sur des avions israéliens au-dessus de la bande de Gaza, pendant les frappes aériennes, et avaient réussi à abattre un drone.

Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que l’armée n’avait pas connaissance d’informations faisant état de drones abattus.

L’armée a déclaré que les frappes aériennes avaient eu lieu en réponse à des ballons incendiaires lancés sur Israël.

« Tsahal répondra de manière agressive aux tentatives de terrorisme qui se poursuivent à partir de la bande de Gaza », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qasim, s’est moqué des frappes aériennes israéliennes comme d’une « tentative ratée de montrer sa propre impuissance et de redorer le blason de son armée après qu’elle a été ébranlée » lors des récents combats entre les deux camps.

« La noble résistance est prête à faire face à toutes les options, et elle ne permettra pas à l’occupation d’imposer ses équations », a déclaré Qasim, faisant référence à l’équilibre de la dissuasion entre le Hamas et Israël.

Dimanche après-midi, des groupes terroristes basés à Gaza ont lancé des ballons incendiaires sur le sud d’Israël, déclenchant un certain nombre d’incendies, selon les services d’incendie et de secours.

En réponse à ces incendies, Israël a annoncé qu’il réduisait de moitié la zone de pêche de la bande de Gaza, la faisant passer de 12 à 6 milles nautiques, à compter de dimanche soir et jusqu’à nouvel ordre. Avant le conflit de mai entre Israël et les groupes terroristes palestiniens à Gaza, les pêcheurs palestiniens pouvaient opérer jusqu’à 15 milles nautiques de la côte.

« Cela fait suite au lancement de ballons incendiaires depuis la bande de Gaza sur le territoire israélien, ce qui constitue une violation de la souveraineté israélienne », a déclaré dans un communiqué le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), qui assure la liaison militaire entre Israël et les Palestiniens.

Selon les pompiers, trois petits feux de broussailles ont été déclenchés dans la région d’Eshkol, dans le sud d’Israël – les premiers incendies criminels provoqués depuis la bande de Gaza depuis début juillet.

« Un enquêteur des services d’incendie et de secours du district sud a découvert que l’incendie avait été provoqué par le lancement de ballons incendiaires », a déclaré un porte-parole des pompiers. Aucun blessé ni dommage matériel n’a été signalé.

Dans sa déclaration, le COGAT a déclaré que les attaques étaient en fin de compte la responsabilité du groupe terroriste du Hamas, qui dirige de facto la bande de Gaza.

Un feu de brousse dans le sud d’Israël qui aurait été allumé par des ballons incendiaires lancés par des groupes terroristes basés à Gaza, le 25 juillet 2021. (Crédit : Moshe Brochi)

Le Hamas a prévenu d’une reprise des combats si Israël cherchait à renforcer à nouveau les restrictions sur la bande de Gaza sous blocus. L’enclave côtière fait l’objet de contrôles plus stricts que plus tôt depuis le conflit de 11 jours qui a opposé Israël et le Hamas en mai.

Plus tôt dans la journée de dimanche, les autorités israéliennes ont empêché 25 camions transportant du carburant financé par le Qatar d’entrer dans la bande de Gaza. Un responsable de la défense, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat, a invoqué l’absence de coordination entre les responsables de l’Autorité palestinienne à Gaza et les autorités israéliennes.

Les responsables de l’Autorité palestinienne à Gaza ont rejeté cette affirmation, affirmant que les Nations unies et le Qatar étaient responsables de la coordination directe avec la partie israélienne. L’ONU et le bureau de l’envoyé du Qatar à Gaza ont refusé de commenter.

« De nouvelles restrictions sur Gaza ne feront que générer une explosion face à l’occupation », a déclaré Abd al-Latif al-Qanou, porte-parole du Hamas, à la radio officielle du Hamas dimanche soir.

Le responsable israélien de la défense a déclaré dimanche soir que le carburant devrait entrer dans la bande de Gaza lundi, mais que « rien n’était gravé dans le marbre ».

Des partisans du groupe terroriste palestinien Jihad islamique préparent des ballons incendiaires à lancer vers Israël, à l’est de la ville de Gaza, le 15 juin 2021. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)

Israël répond régulièrement par des frappes aériennes contre les positions du Hamas à Gaza après des attaques de ballons incendiaires. Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne laisserait pas de tels incidents se produire sans réagir.

« Israël est intéressé par le calme et n’a aucun intérêt à nuire aux résidents de Gaza, mais la violence… sera accueillie par une réponse forte », a déclaré Bennett au cabinet après de telles frappes début juillet.

Pendant la guerre, les frappes aériennes israéliennes et les roquettes palestiniennes ont causé des dommages d’une valeur d’au moins 290 millions de dollars dans la bande de Gaza, selon des évaluateurs internationaux début juillet.

Israël et le Hamas ont mené des négociations indirectes au Caire pour tenter de renforcer le fragile cessez-le-feu entre les deux parties. Les responsables israéliens ont déclaré qu’ils subordonneraient l’autorisation de la reconstruction de Gaza et l’assouplissement des restrictions renforcées à la conclusion d’un échange de prisonniers avec le Hamas qui garantisse le retour d’Avera Mengistu et de Hisham al-Sayed, ainsi que des corps des soldats israéliens Hadar Goldin et Oron Shaul, tombés au combat en 2014.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...