Rechercher

Tsahal: La situation sécuritaire « précaire » risque de générer un conflit au nord

Le général Kohavi affirme que l'Iran est à l'origine des principales menaces qui pèsent sur Israël, et identifie la Syrie et le Liban comme les principaux sujets de préoccupation

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Le chef d'état-major de Tsahal Aviv Kohavi s'adresse aux soldats de la marine israélienne à l'arrière d'un navire dans le port de Haïfa lors d'un exercice surprise le 25 septembre 2019. (Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal Aviv Kohavi s'adresse aux soldats de la marine israélienne à l'arrière d'un navire dans le port de Haïfa lors d'un exercice surprise le 25 septembre 2019. (Armée israélienne)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, a averti jeudi qu’Israël est confronté à une menace de conflit dans le nord et le sud, forçant l’armée à se préparer rapidement à la guerre.

« Dans les régions du Nord et du Sud, la situation est tendue et précaire et risque de dégénérer en conflit malgré le fait que nos ennemis ne soient pas intéressés par la guerre. Dans ce contexte, l’armée israélienne s’est trouvée dans un processus accéléré de préparation », a déclaré M. Kohavi.

Le chef de l’armée a fait ses remarques lors du dévoilement d’un plan connu sous le nom de Momentum, ou Tenufa en hébreu, qui guidera les actions de l’armée au cours des cinq prochaines années.

Dans un exposé aux journalistes, le chef de Tsahal a déclaré que la principale menace à laquelle Israël fait face vient de l’Iran et de ses mandataires au Liban, en Syrie et en Irak.

« La principale menace stratégique pour l’État d’Israël réside dans l’arène septentrionale, avec le retranchement des forces iraniennes et autres en Syrie et le projet de missiles de précision [du groupe terroriste du Hezbollah] », a expliqué Kohavi, faisant allusion aux efforts des miliciens libanais soutenus par l’Iran pour développer des missiles longue portée extrêmement précis.

Israël considère les missiles guidés avec précision comme une menace bien plus grande que celle posée par l’arsenal actuel de plus de 100 000 roquettes et missiles du Hezbollah, car les projectiles améliorés pourraient facilement maîtriser les systèmes de défense aérienne de Tsahal et détruire les infrastructures vitales du pays, ce que le groupe terroriste aurait du mal à faire avec son arsenal actuel.

Le mois dernier, un haut responsable israélien a déclaré que les services de sécurité du pays considéraient le projet comme la deuxième menace la plus importante pour l’État juif après le programme nucléaire de l’Iran.

Ces dernières années, pendant la guerre civile syrienne, l’Iran a intensifié ses efforts pour s’établir dans le pays avec lequel Téhéran et ses mandataires pourraient menacer Israël.

Israël a déclaré que ces efforts constituaient une ligne rouge qu’il prendrait des mesures pour prévenir et, à cette fin, il a mené des centaines de frappes en Syrie contre les forces iraniennes et les forces alliées iraniennes, selon des responsables israéliens.

« Ces deux cas sont des efforts menés par l’Iran, utilisant le territoire de pays dont la gouvernance est très limitée », a dit M. Kohavi.

Il a spécifiquement fait référence au cas du Liban, où le Hezbollah, allié de l’Iran, est largement considéré comme contrôlant le gouvernement, bien qu’il ait techniquement une petite présence parlementaire.

« Pendant des années, le Hezbollah a pris en otage l’Etat du Liban. Elle a construit sa propre armée et c’est elle qui dicte la politique de sécurité », a déclaré le chef de l’armée.

Israël a combattu le Hezbollah lors de la deuxième guerre du Liban en 2006. Bien qu’Israël ait mené une campagne discrète contre le groupe au cours des 13 années qui se sont écoulées depuis, la frontière avec le Liban est restée en grande partie calme, à l’exception d’une poignée d’éruptions de violence.

Un tel incident s’est produit le mois dernier, le 1er septembre, lorsque le groupe terroriste chiite a tiré trois missiles antichars sur Israël en réponse à une attaque de drone prétendument menée par Israël, au cours de laquelle un petit avion chargé d’explosifs a explosé dans un bastion du Hezbollah à Beyrouth, détruisant une pièce d’équipement critique nécessaire au projet de missile de précision du groupe.

Deux des missiles tirés par le Hezbollah en représailles visaient un véhicule militaire transportant des soldats, mais qui ont manqué leur cible. Le troisième a frappé une base militaire près de la frontière. L’armée israélienne a déclaré qu’elle n’avait subi aucune perte. En réaction, l’armée israélienne a tiré des obus d’artillerie sur le Sud-Liban. Aucun blessé libanais n’a été signalé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...