Tsahal : Missiles antiaériens tirés sur un drone israélien depuis le Sud-Liban
Rechercher

Tsahal : Missiles antiaériens tirés sur un drone israélien depuis le Sud-Liban

Le drone a pu terminer sa mission ; Selon un journaliste, le Hezbollah a une nouvelle politique pour repousser toutes incursions israéliennes dans l'espace aérien libanais

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un drone Heron de l'armée israélienne survole la ville d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 13 novembre 2019. (Ahmad Gharabli/AFP)
Un drone Heron de l'armée israélienne survole la ville d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 13 novembre 2019. (Ahmad Gharabli/AFP)

Des missiles sol-air ont été tirés sur un drone israélien au-dessus du Sud-Liban mercredi après-midi, dans une escalade majeure du conflit, au milieu de tensions persistantes le long de la frontière, a déclaré l’armée.

« Des missiles anti-aériens viennent d’être tirés en direction d’un appareil téléguidé de l’armée israélienne au cours d’une activité de routine au-dessus du territoire libanais », a déclaré Tsahal dans un communiqué.

Selon Tsahal, l’avion n’a pas été endommagé lors de l’attaque et a poursuivi sa mission comme prévu.

Un journaliste affilié au Hezbollah, Ali Choeib, a indiqué que le groupe terroriste chiite libanais était derrière l’attaque, qui faisait partie d’une nouvelle politique du Hezbollah visant à repousser toutes les incursions israéliennes dans l’espace aérien libanais.

« Ce qui est certain, c’est que la décision [du Hezbollah] d’essayer d’empêcher l’ennemi de continuer à violer son espace aérien est devenue permanente », a écrit Choeib, qui travaille pour de nombreuses organisations liées au groupe terroriste, dans un tweet.

Les missiles tirés sur le drone constituent une augmentation significative du niveau de violence le long de la frontière. Contrairement au cas de lundi où un petit drone standard de l’armée israélienne aurait été abattu par le Hezbollah alors qu’il effectuait une mission de reconnaissance le long de la frontière libanaise, le drone qui a été tiré mercredi était un modèle militaire beaucoup plus grand et plus avancé.

Des soldats israéliens sont assis dans une tente à côté de leur pièce d’artillerie mobile près de la frontière avec le Liban, au nord d’Israël, le mercredi 26 août 2020. (AP/Ariel Schalit)

Lors de l’incident de lundi, le petit drone quadcoptère aurait été abattu par des tirs d’armes légères, alors que mercredi, des missiles sol-air ont été utilisés.

C’est la première fois que de telles armes ont été tirées sur un drone israélien au-dessus du Liban depuis octobre 2019. A l’époque, le Hezbollah avait tiré un SA-8 russe sur un drone israélien. Là aussi, le drone n’avait pas été endommagé.

Les attaques contre les drones israéliens cette semaine ont eu lieu dans un contexte de tensions persistantes entre Tsahal et le Hezbollah à propos de la mort d’un des membres du groupe terroriste en juillet lors d’une attaque aérienne en Syrie attribuée à Israël, pour laquelle la milice soutenue par l’Iran a juré de se venger. Depuis lors, les troupes israéliennes sont restées en alerte le long de la frontière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...