Tsahal se prepare à la riposte iranienne par attaques de missiles ou de drones
Rechercher

Tsahal se prepare à la riposte iranienne par attaques de missiles ou de drones

Alors que la tension monte après le bombardement présumé de la base aérienne iranienne en Syrie, Israël détaille les activités aériennes de Téhéran dans le pays et ses cibles

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une carte de la Syrie, fournie aux médias israéliens le 17 avril 2018, montre l'emplacement approximatif de cinq bases qu'Israël croit contrôlées par l'Iran. Il s'agit de l'aéroport international de Damas, de la base aérienne de Sayqal, de la base aérienne T-4, d'un aérodrome près d'Alep et d'une base à Deir Ezzor. Leur emplacement précis sur la carte n'est pas tout à fait exact. La base de Sayqal, par exemple, est située à l'est de Damas, et non au sud comme elle apparaît sur la carte.
Une carte de la Syrie, fournie aux médias israéliens le 17 avril 2018, montre l'emplacement approximatif de cinq bases qu'Israël croit contrôlées par l'Iran. Il s'agit de l'aéroport international de Damas, de la base aérienne de Sayqal, de la base aérienne T-4, d'un aérodrome près d'Alep et d'une base à Deir Ezzor. Leur emplacement précis sur la carte n'est pas tout à fait exact. La base de Sayqal, par exemple, est située à l'est de Damas, et non au sud comme elle apparaît sur la carte.

Avant le Jour de l’indépendance d’Israël, les militaires se préparaient à la possibilité d’une attaque directe par les forces aériennes du Corps des gardiens de la Révolution iranien (IRGC) en réponse à une frappe sur la base aérienne de l’Iran en Syrie plus tôt ce mois-ci, a appris le Times of Israel.

Les responsables iraniens ont tenu des propos de plus en plus belliqueux à la suite de la frappe menée le 9 avril sur la base aérienne T-4, près de Palmyre, dans le centre de la Syrie, qui a tué au moins sept membres de l’IRGC, dont le chef de son programme de drones, le colonel Mehdi Dehghan.

L’Iran, la Syrie, la Russie et certains responsables américains ont tous déclaré explicitement qu’Israël était responsable de la frappe. Les responsables israéliens refusent de commenter la question, bien que le New York Times ait cité un responsable militaire israélien qui a reconnu que l’État juif était à l’origine de l’attaque.

Lundi, un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que les représailles du pays contre Israël arriveront « tôt ou tard » et que Jérusalem « regrettera ses méfaits ».

Cette photo publiée par les médias iraniens montre la base aérienne T-4 dans le centre de la Syrie après une attaque de missiles lundi 9 avril 2018. (Médias iraniens)

« Le régime sioniste ne devrait pas pouvoir agir et échapper aux sanctions », a déclaré le porte-parole Bahram Qasemi aux journalistes, selon les médias iraniens.

Les tensions ont de nouveau augmenté mardi, car des frappes supplémentaires ont été initialement signalées sur deux bases aériennes en Syrie, l’armée syrienne affirmant avoir abattu des missiles entrants. Plus tard, l’armée syrienne a précisé qu’aucun missile n’avait effectivement été tiré, mais a affirmé que ses contre-mesures étaient déclenchées par une cyber-attaque conjointe israélo-américaine.

Capture d’écran d’une vidéo du brigadier général des forces iraniennes Amir Hatami, à gauche, lors de l’inauguration d’une ligne de production de drones à Téhéran, le 5 février 2018 (Capture d’écran : YouTube)

Les services de défense israéliens – les divers services de renseignement du pays et l’armée – croient qu’une attaque de représailles iranienne serait probablement menée par les forces aériennes de l’IRGC, avec des missiles sol-sol ou des drones armés, a appris le Times of Israel.

Cela constituerait un changement par rapport aux affrontements précédents entre Israël et l’Iran, au cours desquels les représailles de Téhéran ont été exercées par le biais de procurations, comme le groupe terroriste du Hezbollah, plutôt que par son propre Corps des Gardiens de la révolution.

Il n’y avait aucune indication du moment où une telle attaque pourrait avoir lieu, bien que les festivités du Jour de l’Indépendance prévues pour jeudi pourraient constituer une cible tentante pour l’Iran.

« L’armée israélienne fera tout son possible pour que le Jour de l’Indépendance se déroule dans le calme et que les citoyens d’Israël puissent profiter des vacances. Tsahal est préparé à une grande variété de scénarios afin que les citoyens d’Israël puissent célébrer correctement le 70e Jour de l’Indépendance », ont déclaré des responsables de la défense sur le site d’information Ynet.

Dans ce qui pourrait être considéré comme une menace pas très subtile, une carte a été distribuée mardi aux médias israéliens montrant cinq bases contrôlées par l’Iran en Syrie – des cibles potentielles pour Tsahal si l’Iran exerce des représailles.

Une carte de la Syrie, fournie aux médias israéliens, montre l’emplacement approximatif de cinq bases qu’Israël croit contrôlées par l’Iran.

Il s’agit de l’aéroport international de Damas, par lequel les avions de transport iraniens amènent des armes et du matériel militaire ; la base aérienne de Sayqal ; la base aérienne T-4 ; un terrain d’aviation près d’Alep ; et une base à Deir Ezzor, qui a été repris au groupe terroriste de l’État islamique par le régime l’année dernière.

Les services de renseignement israéliens pensent que les sites sont utilisés par l’Iran pour ses missions en Syrie, ainsi que pour transporter des armes vers ses mandataires dans la région.

Leur emplacement géographique sur la carte n’est pas tout à fait exact. (La base aérienne de Sayqal, par exemple, est située à l’est de Damas, et non au sud comme elle apparaît sur la carte).

Israël estime que les efforts de représailles de l’Iran sont dirigés par le général de division Qassem Soleimani, le chef de la Force de l’IRGC à Quds, qui opère dans le monde entier, avec l’aide du chef du Corps aérien de l’IRGC, le brigadier général Amir Ali Hajizadeh ; le chef de son programme de missiles sol-sol ; le colonel Mahmoud Bakri Katrem Abadi ; et le chef de ses opérations de défense aérienne, Ali Akhbar Tzeidoun.

Le chef de la brigade aérienne du Corps des Gardiens de la révolution iraniens, le brigadier général Amir Ali Hajizadeh. (Fars news)

Soleimani a menacé à plusieurs reprises Israël, et il a menacé d’“exterminer l’entité sioniste” en février pour l’assassinat d’un dirigeant du Hezbollah, qui a été attribué au Mossad et à la CIA américaine.

L’Iran dispose d’une variété de missiles sol-sol, des roquettes Fajr-5 de courte portée aux missiles Fateh 110 de moyenne portée, qui ont une portée d’environ 300 kilomètres, aux missiles balistiques Shehab de longue portée capables de frapper des cibles situées à plus de 1 300 kilomètres de distance.

Pour contrer ces menaces, Israël dispose d’un système de défense antimissile à plusieurs niveaux comprenant le Dôme de fer pour les roquettes à courte portée et les obus de mortier, la Fronde de David pour les missiles à moyenne portée et l’Arrow pour les missiles balistiques à longue portée.

L’Iran soutient le dictateur syrien Bashar el-Assad depuis le début de la guerre civile de son pays, en lui fournissant d’abord des équipements anti-émeutes au début des affrontements, puis en élargissant cette assistance pour y inclure des largages de matériel de guerre de routine.

Les responsables occidentaux ont accusé l’Iran d’utiliser des compagnies aériennes apparemment civiles comme façade pour que l’IRGC effectue des missions de transport militaire vers la Syrie à partir de l’aéroport Mehrabad de Téhéran.

La base aérienne syrienne de Sayqal, située à l’est de Damas, dont Israël pense qu’elle est partiellement sous contrôle iranien. (Google Earth)

Pouya Airlines, par exemple, a fait l’objet de sanctions américaines en 2014 pour avoir « transporté des marchandises illicites, y compris des armes, aux clients iraniens dans le Levant », selon le département du Trésor américain.

Au fil du temps, le Corps des gardiens de la révolution islamique a commencé à installer ses propres installations sur les bases militaires et les aérodromes syriens.

Plus tôt cette année, le site d’information syrien Zaman Al Wasl a cité un responsable militaire du régime d’Assad qui a déclaré que l’Iran avait placé des agents sur des bases militaires dans tout le pays.

Le média syrien a identifié d’autres sites iraniens dans le pays en plus des cinq bases sur la carte envoyée aux médias israéliens, y compris une base aérienne près de Homs sous contrôle iranien et du Hezbollah qui est utilisée pour former les forces chiites.

La Tiyas, ou T-4, une base aérienne, à proximité de la ville syrienne de Palmyre, qu’Israël prétend être utilisée par l’Iran et sa Force al-Qods (Capture d’écran / Wikimapia)

La base aérienne T-4, également connue sous le nom de base aérienne Tiyas, a été spécifiquement liée au programme de drones de l’IRGC.

Israël a pris pour cible la base le 10 février, après qu’un drone chargé d’explosifs a été envoyé dans l’espace aérien israélien afin de mener une attaque, selon l’armée israélienne.

Un hélicoptère d’attaque israélien a abattu le drone quelques instants après son entrée dans l’espace aérien israélien et des avions de combat israéliens ont ensuite pris pour cible le centre de contrôle mobile de la base aérienne T-4 à partir de laquelle il a été piloté.

Le drone semblait être un modèle furtif relativement nouveau connu sous le nom de Saeqeh, dont la conception a été volée à un véhicule aérien sans pilote américain qui a été capturé par l’Iran en 2011, selon les analystes de l’aviation.

Une photo prise dans le nord, au kibboutz israélien de Harduf le 10 février 2018 montre les restes d’un F-16 qui s’est écrasé après avoir été attaqué par les défenses aériennes syriennes (Crédit : AFP / Jack GUEZ)

Au cours de la contre-attaque syrienne contre les avions à réaction israéliens, un F-16 a été touché par des tirs antiaériens et s’est écrasé dans un champ dans le nord d’Israël après que le pilote et le navigateur en aient été éjectés.

En réponse à ce crash de l’avion de combat, Israël a lancé une attaque à grande échelle contre les défenses aériennes de la Syrie, détruisant entre un tiers et la moitié de ses capacités, selon Tsahal.

Israël considère l’Iran, qui s’est engagé à détruire l’État juif, comme son principal ennemi dans la région. Les responsables israéliens ont déclaré à plusieurs reprises qu’Israël ne permettra pas à l’Iran de se retrancher en Syrie, marquant comme une « ligne rouge » qu’il combattra militairement si nécessaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...