Tsahal, sur le pied de guerre face au virus, s’attend à une crise d’un an
Rechercher

Tsahal, sur le pied de guerre face au virus, s’attend à une crise d’un an

L'armée se préparerait à endosser un rôle beaucoup plus important dans la lutte contre le COVID-19, du soutien logistique à l'application du couvre-feu et du confinement

De jeunes Israéliens arrivent au centre de recrutement de l'armée israélienne à Tel Hashomer, près de Tel-Aviv, le 17 mars 2020. (Crédit : Flash90)
De jeunes Israéliens arrivent au centre de recrutement de l'armée israélienne à Tel Hashomer, près de Tel-Aviv, le 17 mars 2020. (Crédit : Flash90)

L’armée israélienne est sur le pied de guerre pour participer à la lutte d’Israël contre le coronavirus, estimant que la crise pourrait durer plusieurs mois, voire un an, selon la Treizième chaîne mardi.

L’armée rédige de nouveaux ordres qui lui donneraient les pouvoirs d’agir pour aider à endiguer la crise et adapter ses directives dans le cadre de l’opération « Cage d’été » préparés pour l’éventualité d’un tremblement de terre de grande ampleur, a déclaré la télévision.

Cela permettrait à l’armée de commencer à prendre part au système médical israélien, notamment en installant des hôpitaux et en prenant en charge des patients. Elle pourrait également mettre à la disposition du gouvernement ses capacités logistiques, notamment ses voitures, ses chauffeurs, entre autres.

Elle se prépare également, si la situation venait à se détériorer, à faire appliquer des couvres-feu et des confinements sur la population civile, même si le reportage assure que « nous n’y sommes pas encore ».

Le reportage indique que l’armée estime que la crise durera plusieurs mois, peut-être même jusqu’à un an, ce à quoi ont fait allusion mardi soir le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le directeur-général du ministère de la Santé Moshe Bar Siman-Tov.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

« C’est une énorme crise. Nous n’en sommes qu’au début ; le coeur de la crise est encore devant nous », a déclaré Netanyahu durant une conférence de presse.

« Je sais que la mission prendra du temps, ce type d’évènement n’est pas rapides », a déclaré Bar Siman-Tov sans donner de calendrier précis. « Peut-être que nous serons surpris et ce sera rapide, mais nous nous préparons à ce que ça ne soit pas le cas. »

L’armée a déjà rappelé la majorité de ses soldats et ils sont nombreux à avoir reçu l’ordre de rester dans leur base pendant un mois, sans congé, dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus.

L’accès à certaines installations et à certaines bases sera restreint.

Jusqu’à samedi, l’armée s’était concentrée sur le maintien de ses capacités opérationnelles face à la pandémie de COVID-19, mais l’armée s’est également préparée à se mobiliser et à aider les autorités civiles pour réagir face à la maladie et assister la population.

« Les réserves d’urgence d’Israël sont pleines et équipées pour une variété de scénarios », a déclaré samedi le ministre de la Défense Naftali Bennett.

Netanyahu a été dans l’obligation mardi de réprimander les Israéliens qui ne mesurent pas la gravité de la crise du coronavirus, les exhortant à rester chez eux au maximum.

« Ce n’est pas un jeu, ce ne sont pas les vacances d’été, c’est une question de vie ou de mort », a déclaré Netanyahu durant une conférence de presse, après que les médias ont montré ces derniers jours comment les Israéliens profitent de leur temps libre pour se rendre à la plage et dans les parcs publics. 

Les Israéliens prennent des repas à emporter dans le coffre de leur voiture à Jérusalem le 17 mars 2020, en pleine pandémie de coronavirus. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Accusant « trop » d’Israéliens de ne pas prendre la mesure de la gravité de la situation, il a appelé les citoyens à faire preuve de « discipline et de responsabilité » dans le respect des instructions de distanciation social, à éviter les espaces publics et à rester chez eux dans la mesure du possible.

Cinq semaines après la confirmation du premier cas de coronavirus en Israël, aucun décès n’a été constaté, mais Netanyahu et Bar Siman-Tov ont averti que cela changera prochainement.

« Nous estimons que des scénarios comme en Italie et en Espagne peuvent se produire ici aussi », a déclaré Bar Siman-Tov. « Dans les jours à venir… le nombre de nouveaux cas va augmenter, à 100 par jour, voire plus. Nous arriverons à une situation de plusieurs centaines de cas par jour », a-t-il prédit.

Au final, « des gens mourront, peut-être même dans les prochains jours ».

« À notre grand chagrin, dans nos meilleurs scénarios, des milliers [d’Israéliens] pourraient mourir. » Ainsi, le but des mesures prises par Israël était de maintenir ce nombre à un niveau bas en minimisant la contagion, a expliqué Bar Siman-Tov.

Ces propos surviennent alors que le ministère de la Santé annonçait mardi soir que le nombre d’infections confirmées dans le pays avait atteint 377, contre 304 le matin – et que le nombre de décès dans le monde dépassait les 7 800.

Le nouveau coronavirus a fait au moins 7.873 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 9h00 GMT.

Plus de 194.000 cas d’infection ont été dénombrés dans 150 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’imparfaitement la réalité, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière.

En Israël, l’on recensait 427 cas mardi en début d’après-midi.

Des Israéliens munis de masques de protection, dans un bus à Jérusalem, le 17 mars 2020. (Crédit :Yossi Zamir/Flash90)

« Si nous suivons toutes les instructions, nous allons aplatir la courbe », a ajouté Bar Siman-Tov. « Il y aura toujours ceux qui meurent, et d’autres qui tombent malades, mais nous parviendrons à atteindre tout le monde », a-t-il dit.

Il a également appelé les Israéliens à ne pas rendre visite à leurs parents ou grands-parents âgés, qui sont plus vulnérables au virus, ajoutant que ceux qui se sentent mal doivent rester chez eux.

Il a également exhorté les Israéliens à prendre au sérieux les consignes de distanciation sociale du ministère. « Ce ne sont pas des vacances qui vous sont offertes par le coronavirus. Notre capacité à réduire le nombre de malades dépend de votre comportement. Nous préférons que vous suiviez nos instructions. Si nécessaire, nous les ferons respecter », a-t-il prévenu.

Netanyahu a parlé de trois nouvelles mesures prises par le gouvernement pour endiguer la propagation de la contagion, notamment l’amélioration de sa capacité à suivre les personnes qui auraient pu être exposées au virus grâce aux mesures controversées de « suivi numérique » approuvées par le cabinet tôt mardi matin.

Il a déclaré qu’Israël allait également augmenter de manière significative le nombre de tests de dépistage du coronavirus pour atteindre 3 000 tests par jour, et éventuellement 5 000 tests par jour – un chiffre qui ferait d’Israël le numéro un mondial en termes de tests par habitant, a-t-il dit.

Des travailleurs préparent de nouveaux services suite à la propagation du coronavirus à l’hôpital de Tel Hashomer le 17 mars 2020. (Crédit : Flash90)

Et, a-t-il ajouté, les hôpitaux israéliens ont commandé 1 000 respirateurs supplémentaires pour faire face à l’afflux de patients.

La conférence de presse a eu lieu quelques heures seulement après que le ministère de la Santé a annoncé de nouvelles restrictions de mouvement visant à freiner la propagation du coronavirus.

Le public a reçu l’instruction de ne pas sortir dans les parcs, les terrains de jeux, la plage, les piscines, les bibliothèques, les musées ou autres lieux publics. Des exceptions ont été accordées pour sortir les enfants et les animaux domestiques – dans le respect des instructions relatives au maintien de l’hygiène et à la limitation des contacts sociaux. Parmi les autres mesures : la suspension des opérations chirurgicales non urgentes, l’annulation des traitements dentaires non urgents et la stipulation que les livraisons à domicile doivent être laissées devant les portes des clients, afin d’éviter les rencontres entre les clients et les livreurs.

La Douzième chaîne d’information a qualifié ces nouvelles instructions de « confinement volontaire » de la part du gouvernement.

« Ce ne sont pas de simples instructions. Nous vous demandons de quitter votre domicile le moins possible », a déclaré Bar Siman-Tov mardi après-midi.

Mais, a-t-il dit, « partout où vous vous rendez, il peut y avoir une personne malade qui pourrait vous infecter. Vous pouvez vous-même être malade sans le savoir et infecter d’autres personnes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...