« Tu es génial » : Trump félicite Netanyahu pour ses 70 ans
Rechercher

« Tu es génial » : Trump félicite Netanyahu pour ses 70 ans

Netanyahu a remercié Trump pour ses "paroles chaleureuses", écrivant sur Twitter que "notre alliance et notre amitié n'ont jamais été aussi fortes"

Le président américain Donald Trump a envoyé une lettre au Premier ministre Benjamin Netanyahu pour le féliciter pour son 70e anniversaire, qui tombait ce lundi.

« Il n’y a pas eu de moment plus productif dans le partenariat israélo-américain, et je suis sûr qu’il y aura beaucoup d’autres victoires à venir », a écrit Trump dans la lettre, datée du 21 octobre.

Trump a remercié Netanyahu pour son « leadership solide et son amitié loyale », décrivant le Premier ministre comme « l’un de mes alliés les plus proches ». Il a déclaré qu’il avait hâte de continuer à travailler avec Netanyahu, dont l’avenir politique semble pourtant assez incertain, puisqu’il a annoncé hier qu’il avait échoué à former un gouvernement pour la deuxième fois consécutive.

La lettre d’anniversaire de Donald Trump à Benjamin Netanyahu, le 21 octobre 2019

« Tu es génial », a ajouté Trump dans un message manuscrit en bas de la lettre.

Netanyahu a remercié Trump pour ses « paroles chaleureuses », écrivant sur Twitter que « notre alliance et notre amitié n’ont jamais été aussi fortes ».

Netanyahu a fait de sa relation étroite avec Trump un élément central de sa campagne de réélection, érigeant des panneaux, dans tout le pays, le montrant aux côtés du président américain – entre autres leaders étrangers – et jetant le doute sur la capacité de ses rivaux d’accomplir ses propres prouesses diplomatiques.

Mais les antécédents diplomatiques de Netanyahu ne lui auront pas permis de se garantir un nouveau mandat au poste de Premier ministre après les élections du mois dernier. Netanyahu n’est pas parvenu à s’assurer une majorité de 61 sièges à la Knesset lors du vote du mois de septembre.

Le président Reuven Rivlin lui avait donné en premier l’opportunité de former un gouvernement dans la mesure où il bénéficiait de plus de soutiens – avec 55 députés – que son principal adversaire, Benny Gantz, qui n’était appuyé que par 54 législateurs.

Lundi, Netanyahu a expliqué avoir essayé « sans relâche » d’établir un gouvernement d’unité avec Gantz, mais qu’il a été rejeté de manière répétée. Face à l’expiration du délai accordé pour mettre en place une majorité, le Premier ministre en titre a fait savoir qu’il allait rendre le « mandat » à Rivlin qui devrait aujourd’hui donner 28 jours à Gantz pour rassembler une coalition.

Des ouvriers israéliens accrochent un grand panneau d’affichage avec des photos du président américain Donald Trump et du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dans le cadre de la campagne électorale du Likud, à Jérusalem, le 4 septembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Au cours des semaines qui avaient mené aux premières élections de l’année, au mois d’avril, la Maison Blanche avait pris plusieurs initiatives qui avaient été considérées comme venant aider Netanyahu à garantir sa réélection.

Au mois de février, le président américain avait partagé sur Instagram un post montrant un panneau de campagne où il se trouvait aux côtés du Premier ministre israélien.

Un mois plus tard, Trump avait reconnu la souveraineté de l’Etat juif sur le plateau du Golan et accueilli Netanyahu lors d’une cérémonie à la Maison Blanche (mais il avait nié que l’initiative avait été entreprise pour dynamiser Netanyahu dans les urnes).

Au mois de juin, Trump avait publiquement remercié Netanyahu et l’Etat d’Israël pour le « grand honneur » qu’avait représenté le fait de donner son nom à une implantation du plateau du Golan et, au mois de juillet, il avait félicité Netanyahu, devenu entre-temps le Premier ministre étant resté le plus longtemps à son poste de toute l’histoire d’Israël – disant que sous son autorité, « Israël est devenu un moteur technologique et une économie de classe mondiale ».

Avant le deuxième scrutin de l’année, au mois de septembre, Netanyahu avait indiqué avoir reçu « l’appui » de Trump et il avait déclaré que « l’Etat juif n’a jamais eu un ami meilleur à la Maison Blanche ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...