Tunnels du Hezbollah : Interventions au conseil de Sécurité de l’ONU
Rechercher

Tunnels du Hezbollah : Interventions au conseil de Sécurité de l’ONU

Prague condamne les tunnels que l'envoyé du Koweït a qualifié de "résistance" ; Stockholm condamne Israël et le Liban pour les violations de la résolution 1701

Le Conseil de sécurité des Nations unies, le 23 décembre 2016. (Crédit : capture d'écran ONU)
Le Conseil de sécurité des Nations unies, le 23 décembre 2016. (Crédit : capture d'écran ONU)

La République tchèque a condamné les tunnels transfrontaliers qui, selon Israël, ont été creusés par l’organisation terroriste du Hezbollah dans le but de mener une attaque ou une invasion à grande échelle.

« Nous condamnons fermement la construction par le Hezbollah de tunnels à la frontière israélo-libanaise en violation de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU, de telles activités aggravent les tensions et l’instabilité dans la région », a déclaré le ministère des Affaires étrangères de la République tchèque dans un tweet.

Cette déclaration a précédé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur les tunnels, qui a commencé à 10 heures, heure de New York (17 heures, heure d’Israël).

Jean-Pierre Lacroix, le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, a affirmé mercredi que les tunnels qui s’étendent dans le nord d’Israël représentent une « violation grave » de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui a mis fin à la deuxième guerre du Liban en 2006.

M. Lacroix a indiqué que les deux parties ont été mises en garde contre une escalade de la situation. Il a félicite également l’armée israélienne pour sa conduite.

L’ambassadeur de Suède, Olof Skoog, a déclaré devant le Conseil de sécurité des Nations Unies : « Nous sommes profondément préoccupés par la découverte de tunnels sur le territoire israélien…. Nous condamnons toutes les violations de la résolution 1701 par les deux parties, y compris les violations presque quotidiennes israéliennes de l’espace aérien libanais. »

Un représentant américain aux Nations unies a affirmé que le Hezbollah est une « menace grave et réelle » et appelle la communauté internationale à s’unir contre l’organisation terroriste basée au Liban.

Rodney Hunter, ministre-conseiller aux affaires politiques, déclare que les États-Unis appuient fermement l’action israélienne visant à démanteler les tunnels qui pénètrent sur son territoire, tout en affirmant également leur soutien à la FINUL et au Liban.

Il estime qu’il est à la fois « regrettable et incompréhensible » que d’autres pays n’aient pas encore reconnu la gravité de la menace que représente l’organisation terroriste soutenue par l’Iran.

L’ambassadeur du Koweït auprès des Nations Unies affirme que les tunnels qui s’infiltrent en territoire israélien ne constituent pas une menace pour la sécurité régionale et affirme que les violations israéliennes de la souveraineté du Liban sont beaucoup plus graves.

« En réalité, cet incident ne constitue pas vraiment une menace pour la paix dans la région », a déclaré Mansour Ayyad Al-Otaibi.

« Le Liban subit depuis des années les violations israéliennes. Israël a tenté d’exagérer cet incident militairement et dans les médias », a-t-il ajouté.

Les violations israéliennes sont « beaucoup plus dangereuses » que le réseau de tunnels, a-t-il insisté.

« Nous réitérons notre condamnation des violations israéliennes de la souveraineté libanaise, sur terre, dans les airs et en mer. »

Otaibi a également insisté sur le fait que les efforts du Hezbollah pour contrer Israël sont une résistance « légitime », plutôt que du terrorisme.

« Cette résistance n’est pas considérée comme un acte terroriste ».

Koweït : Les tunnels ne sont pas vraiment une menace, les violations israéliennes sont « beaucoup plus dangereuses »

L’ambassadeur du Koweït auprès des Nations unies a affirmé que les tunnels qui s’infiltrent en territoire israélien ne constituent pas une menace pour la sécurité régionale, ajoutant que les violations israéliennes de la souveraineté du Liban sont beaucoup plus graves.

« En réalité, cet incident ne constitue pas vraiment une menace pour la paix dans la région », a déclaré Mansour Ayyad Al-Otaibi.

« Le Liban subit depuis des années les violations israéliennes. Israël a tenté d’exagérer cet incident militairement et dans les médias », a-t-il ajouté.

Les violations israéliennes sont « beaucoup plus dangereuses » que le réseau de tunnels, a-t-il insisté.

« Nous réitérons notre condamnation des violations israéliennes de la souveraineté libanaise, sur terre, dans les airs et en mer. »

Otaibi a également insisté sur le fait que les efforts du Hezbollah pour contrer Israël sont une résistance « légitime », plutôt que du terrorisme.

« Cette résistance n’est pas considérée comme un acte terroriste ».

La représentante britannique au Conseil de sécurité de l’ONU a déclaré : « Nous sommes convaincus qu’Israël a le droit de se défendre contre le Hezbollah » et d’autres groupes armés.

Karen Pierce a déclaré que le Hezbollah a fait preuve d’un « mépris flagrant pour les résolutions de l’ONU » dans ses activités militaires, estimant que cela était « profondément alarmant ».

Des images d’un tunnel d’attaque du Hezbollah sous la frontière nord (Crédit : Armée israélienne)

La diplomate britannique a également condamné les violations israéliennes de la souveraineté libanaise.

L’ambassadrice du Liban auprès des Nations Unies a assuré que Beyrouth ne cherchait pas la guerre avec Israël, ajoutant que l’armée libanaise était fortement déployée sur les sites des tunnels.

Le Liban a dit « haut et fort, clairement et au plus haut niveau qu’il ne souhaitait pas un autre conflit », a affirmé Amal Mudallali.

« L’armée libanaise est déployée massivement [sur les sites des tunnels] … pour s’assurer que la résolution 1701 de l’ONU soit strictement respectée. »

Elle a également condamné les violations israéliennes présumées de la frontière libanaise, soulignant « la responsabilité d’Israël dans le déclenchement du conflit ».

« L’État libanais n’a commis aucune violation, alors que les violations du côté israélien ont été commises par l’État », a-t-elle ajouté.

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, Danny Danon, s’adresse à l’Assemblée générale avant le vote sur Jérusalem, le 21 décembre 2017, au siège de l’ONU à New York. Les Etats membres de l’ONU étaient prêts à voter sur une motion rejetant la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël, après que le président Donald Trump ait menacé de couper le financement aux pays qui soutenaient le vote. EDUARDO MUNOZ ALVAREZ / AFP

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies a déclaré que l’armée libanaise avait informé le Hezbollah des efforts militaires israéliens pour localiser les tunnels de l’organisation terroristes, sur la base des informations sensibles transmises à la FINUL par Israël.

Danny Danon a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU que le Hezbollah avait obturé un tunnel après avoir reçu un avertissement de l’armée libanaise selon lequel Israël connaissait l’emplacement du souterrain. Dans le même temps, l’armée libanaise a empêché la FINUL de se rendre dans la région, a-t-il précisé.

« Israël a donné à la FINUL des informations précises sur l’emplacement du tunnel. Après que la FINUL en a informé l’armée libanaise, elle a été stoppée alors qu’elle tentait d’atteindre la zone. Des sources au sein de l’armée libanaise ont informé le Hezbollah de ces informations, ce qui a permis à l’organisation terroriste de dissimuler les opérations du tunnel et de contrecarrer les actions défensives d’Israël », a expliqué Danon.

« Les responsables de l’armée libanaise travaillent pour le Hezbollah, alors que la FINUL ne remplit pas son mandat dans la région comme elle devrait le faire », a-t-il dénoncé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...