Turquie: au moins 25 blessés dans l’explosion d’une bombe dans le sud-est
Rechercher

Turquie: au moins 25 blessés dans l’explosion d’une bombe dans le sud-est

L'attaque a été attribuée à l'insurrection du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, a annoncé mercredi un responsable turc

Illustration du drapeau de la Turquie (Crédit : domaine public)
Illustration du drapeau de la Turquie (Crédit : domaine public)

Au moins 25 personnes ont été blessées par l’explosion d’une bombe dans la province de Mardin, dans le sud-est de la Turquie, une attaque attribuée à l’insurrection du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, a annoncé mercredi un responsable turc.

L’explosion a visé un véhicule de police alors qu’il passait près d’un hôpital, dans la localité de Kiziltepe, au sud de la ville de Mardin, blessant au moins 25 personnes, a précisé le responsable.

Les images diffusées par les télévisions ont montré d’importants dégâts subis par les bâtiments environnants et les véhicules stationnés à proximité.

Par ailleurs, une autre attaque, quasiment simultanée, à Diyarbakir, plus au nord, a fait au moins cinq blessés, a rapporté un journaliste de l’AFP sur place.

Elle a également été attribuées par les autorités au PKK.

Mercredi matin, cinq soldats turcs avaient été tués et huit autres blessés dans un attentat à la bombe attribué lui aussi à la rébellion du PKK, selon une source de sécurité locale.

Un engin artisanal a été actionné à distance au passage d’un convoi militaire à Uludere, à proximité de la frontière irakienne, a-t-on indiqué de même source.

Les attaques contre l’armée se sont multipliées depuis la fin, en juillet 2015, du cessez-le-feu, qui avait tenu pendant près de deux ans et demi dans le sud-est à majorité kurde. Ces attaques ont fait depuis des centaines de morts du côté des forces de sécurité.

Ces derniers mois, le gouvernement a mené des opérations militaires contre le PKK pour déloger les combattants kurdes des zones urbaines. Selon des militants, les civils sont aussi très touchés par la reprise du conflit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...