Rechercher

Turquie : Une chanteuse emprisonnée pour un commentaire sur une école religieuse

Gulsen est un nom connu en Turquie et son cas a fait la une des journaux dans ce pays officiellement laïc mais majoritairement musulman

La chanteuse turque Gulsen Bayraktar Colakoglu. (Crédit : CC-BY-SA-4.0)
La chanteuse turque Gulsen Bayraktar Colakoglu. (Crédit : CC-BY-SA-4.0)

Un tribunal turc a ordonné jeudi l’arrestation d’une pop star célèbre pour ses tenues audacieuses et son soutien aux droits de la communauté LGBTQ et l’a accusée « d’incitation à la haine » pour un commentaire sur des écoles religieuses.

La chanteuse Gulsen Bayraktar Colakoglu, 46 ans et connue sous son prénom sur scène, a été arrêtée à son domicile à Istanbul et conduite au tribunal.

Un juge a ordonné son incarcération dans l’attente d’une enquête sur les remarques qu’elle a faites sur scène en avril au sujet des écoles religieuses Imam Hatip.

Ces écoles, qui préparent les enfants à devenir des prédicateurs musulmans, restent controversées parmi les Turcs laïcs.

Un extrait de ces commentaires est devenu viral et a suscité l’indignation de membres importants du parti islamiste du président Recep Tayyip Erdogan cette semaine.

Gulsen est un nom connu en Turquie et son cas a fait la une des journaux dans ce pays officiellement laïc mais majoritairement musulman.

Le président Erdogan et son parti au pouvoir, l’AKP, auront besoin d’une forte participation de leur noyau d’électeurs socialement conservateurs pour inverser la tendance dans les sondages avant les élections de juin prochain.

Dans son commentaire controversé, Gulsen a fait remarquer à un inconnu sur scène, apparemment pour plaisanter, que sa « perversion » était due à son éducation dans une école Imam Hatip.

« Cibler une fraction de la société avec des allégations de ‘perversion’ et tenter de diviser la Turquie est un crime de haine et une honte pour l’humanité », a déclaré Omer Celik, le porte-parole de l’AKP.

Gulsen a rendu publiques des excuses sur les réseaux sociaux avant son arrestation.

« Je suis désolée que mes paroles aient donné matière à des personnes malveillantes qui visent à diviser notre pays », a-t-elle écrit.

L’avocat Veysell Ok, de l’ONG Turkey’s Media and Law Studies, a déclaré que le tribunal d’Istanbul n’avait aucun fondement juridique pour emprisonner Gulsen.

« Gulsen a été arrêtée sur la base d’accusations qui ne l’auraient pas amenée en prison même si elle avait été condamnée », a tweeté Ok. « Cela n’a rien à voir avec la loi. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...