Un ado palestinien reconnu coupable de tentative de meurtre par un tribunal israélien
Rechercher

Un ado palestinien reconnu coupable de tentative de meurtre par un tribunal israélien

Ahmed, alors âgé de 13 ans, et son cousin avaient poignardé deux jeunes juifs à Jérusalem Est

Ahmed Manasra, 14 ans, au tribunal de Jérusalem, le 10 mai 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Ahmed Manasra, 14 ans, au tribunal de Jérusalem, le 10 mai 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un Palestinien de 14 ans a été reconnu coupable mardi par un tribunal israélien de tentative de meurtre sur deux Israéliens qu’il avait poignardés, avant d’être blessé par balle.

Les faits avaient été filmés et avaient suscité un vif débat sur fond de vague d’attaques anti-israéliennes au couteau.

Ahmed Manasra a également été reconnu coupable par ce tribunal de Jérusalem, qui siégeait à huis-clos, l’accusé étant mineur, d’avoir infligé des blessures graves à ses victimes, précise un communiqué du ministère de la Justice.

Le procureur a argué que « le fait que l’accusé soit mineur ne changeait en rien le risque et le danger que ses actes ont entraînés ».

A partir du 11 juillet, les audiences reprendront pour déterminer la peine d’Ahmed Manasra, a indiqué une porte-parole du ministère, tandis que le procureur annonçait qu’il réclamerait « une peine sévère, dans le cadre de la loi ».

Début octobre, au cours de la deuxième semaine d’une vague d’attaques anti-israéliennes menées par des Palestiniens, Ahmed, alors âgé de 13 ans, et son cousin Hassan, 15 ans, ont poignardé deux jeunes juifs dans le quartier de Pisgat Zeev, à Jérusalem Est, selon la police.

Hassan a été tué, intentionnellement renversé par une voiture alors qu’il tentait de fuir. Ahmed a été touché par des tirs de policiers qu’il tentait d’attaquer, selon la police.

Ahmed Manasra est le plus jeune Palestinien condamné par un tribunal civil israélien depuis le début de la récente vague de violences. Un tribunal militaire avait condamné une Palestinienne de 12 ans à six mois de prison.

L’avocate de l’adolescent, Lea Tsemel, a affirmé à l’AFP que « le dossier montre qu’il ne voulait pas tuer ». « Il a dit qu’il voulait seulement faire peur aux juifs pour qu’ils arrêtent de tuer des Palestiniens », a-t-elle poursuivi.

Pour l’avocate israélienne, le système judiciaire de l’Etat hébreu « tend à faire de la discrimination entre juifs et arabes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...