Rechercher

Un adolescent poignardé à mort, moins d’un an après avoir fait son alyah d’Inde

Yoel Lehingahel est mort des suites d'une bagarre, lors d'une fête d'anniversaire à Kiryat Shmona ; la police a arrêté un suspect ; le maire a qualifié l'agression de "terroriste"

Yoel Lehingahel. (Autorisation)
Yoel Lehingahel. (Autorisation)

Un adolescent, qui a récemment immigré d’Inde en Israël avec sa famille, a été poignardé à mort après qu’une bagarre a éclaté lors d’une fête à Kiryat Shmona, dans le nord du pays, jeudi soir.

Yoel Lehingahel, âgé de 18 ans, s’était rendu au nord de son domicile à Nof Hagalil pour rendre visite à un ami, également immigré d’Inde. Lehingahel a assisté à une fête d’anniversaire, où, selon Meir Paltiel qui travaille avec la communauté des immigrants juifs indiens en Israël, une bagarre impliquant plus de 20 adolescents a éclaté.

« Yoel était censé rentrer à la maison pour Shabbat, mais le vendredi matin vers 7 heures, l’un de ses amis a appelé la famille pour leur dire qu’il y avait eu une bagarre la nuit précédente et que Yoel avait été blessé et qu’il se trouvait à l’hôpital », a déclaré Paltiel à Ynet.

« La famille n’a même pas eu le temps de se rendre à l’hôpital de Safed avant qu’on ne leur annonce qu’il était décédé. »

La police a arrêté un suspect âgé de 15 ans, résident de la ville voisine, Hatzor Haglilit. Plus tard dans la journée de vendredi, elle a déclaré avoir arrêté sept autres jeunes, âgés de 13 à 15 ans. Samedi, la Douzième chaîne a rapporté l’arrestation de trois autres suspects, dont un soldat.

Le maire de Nof Hagalil, Ronen Plot, s’est exprimé sur Facebook pour déplorer cette horrible perte, décrivant Lehingahel comme un garçon « heureux » qui avait exprimé son désir de rejoindre une unité de combat de Tsahal.

« Une vie entière écourtée à cause d’un acte de violence, qui à mes yeux était un acte terroriste à tous les égards », a déclaré Plot.

Un travailleur social, qui avait travaillé avec Lehingahel tout au long de son processus d’intégration et identifié par la Douzième chaîne comme étant Shlomo, a déclaré à la chaîne qu’il s’était « acclimaté de manière étonnante et était aimé par tous ses amis ».

« Il ne s’était jamais disputé ni battu avec qui que ce soit. Il s’est simplement rendu à une fête avec un ami et a été blessé d’une manière incroyable. C’est une nouvelle difficile pour nous tous », a ajouté Shlomo.

Lehingahel était membre de la communauté juive Bnei Menashe, originaire d’une région reculée du nord-est de l’Inde.

Les Bnei Menashe seraient des descendants de la tribu biblique de Manassé, l’une des dix tribus perdues exilées de la terre d’Israël il y a plus de 2 700 ans. En 2005, le grand rabbin séfarade de l’époque, Shlomo Amar, a reconnu l’ascendance juive des Bnei Menashe, mais leur a demandé de se convertir au judaïsme orthodoxe.

Quelque 3 000 Bnei Menashe ont immigré en Israël ces dernières années, tandis que 7 000 autres sont encore en Inde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...