Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Un Américain accusé d’avoir menacé de mort une sénatrice juive

Les autorités fédérales affirment que le résident de Las Vegas s'en est pris à l'héritage juif de Jacky Rosen et à son soutien à Israël

La sénatrice américaine Jacky Rosen, démocrate du Nevada, s'adressant aux Fédérations juives d'Amérique du Nord, à Washington, le 20 juillet 2021. (Crédit : Bureau de Jacky Rosen/Dossier)
La sénatrice américaine Jacky Rosen, démocrate du Nevada, s'adressant aux Fédérations juives d'Amérique du Nord, à Washington, le 20 juillet 2021. (Crédit : Bureau de Jacky Rosen/Dossier)

JTA – Un homme de Las Vegas a menacé de tuer la sénatrice américaine Jacky Rosen, une démocrate juive du Nevada, ont déclaré les autorités fédérales, assortissant ses menaces d’invectives antisémites et de colère contre sa défense d’Israël alors qu’il est en guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Entre le 11 et le 19 octobre, John Anthony Miller, 44 ans, a laissé de nombreux messages menaçants sur le téléphone du bureau de la sénatrice, a déclaré le procureur du Nevada dans un communiqué annonçant l’arrestation de Miller. Le 17 octobre, « il a menacé d’agresser, d’enlever et de tuer » la sénatrice « dans l’intention d’entraver, d’intimider ou d’interférer » avec ses fonctions officielles, précise le communiqué. Le lendemain, il a tenté de pénétrer dans un bâtiment fédéral où elle a un bureau.

La déclaration et les documents judiciaires déposés vendredi, lors de la comparution de Miller devant le tribunal, ne citent pas le nom de la sénatrice, mais le bureau de Rosen a confirmé à la Jewish Telegraphic Agency qu’elle était la cible.

Dans l’un des messages vocaux du 17 octobre, Miller aurait dit : « Tu as choisi ton camp, salope, et tu as choisi le mal. Je me fiche de savoir si tu es née dans ce camp ou non, salope, tu es une putain de méchante, salope, et nous allons t’exterminer. »

Lors d’un appel passé le 19 octobre, l’auteur de l’appel s’en est pris à l’héritage juif de Rosen et à son action en faveur d’Israël, selon les accusations. Il pensait que Rosen allait plaider pour que les Israéliens américains, dont il pense qu’ils sont 450 000, reviennent aux États-Unis pour y commettre des crimes de guerre.

« Je suis presque sûr qu’elle ne rendrait pas illégal le retour de ces colons israéliens sauvages, et 450 000 d’entre eux sont américains et peuvent commettre des crimes de guerre et revenir, revenir et revenir », a déclaré l’auteur de l’appel. « Elle laisse les membres de sa propre famille tuer les Palestiniens en Cisjordanie. »

Le 18 octobre, selon les accusations, Miller a tenté d’entrer dans le palais de justice Lloyd D. George, où Rosen a un bureau. L’entrée lui a été refusée et il aurait marché sur le boulevard de Las Vegas en criant des blasphèmes, notamment « tuer tous les terroristes israéliens ».

Rosen, ancienne présidente de synagogue, a été à l’avant-garde de la lutte contre l’antisémitisme et de la défense d’Israël au Sénat américain, présidant le groupe de travail bipartisan pour la lutte contre l’antisémitisme aux côtés du sénateur républicain de l’Oklahoma, James Lankford. Quelques jours après le 7 octobre, Rosen s’est jointe à une délégation bipartisane pour se rendre en Israël et manifester son soutien.

Son bureau a publié un communiqué de presse après cette visite avec le titre suivant : « La sénatrice Rosen est la seule femme juive et ancienne présidente de synagogue à siéger au Sénat des États-Unis. »

Le communiqué citait ses propos, après avoir rencontré des familles d’Israéliens pris en otage le 7 octobre : « En tant que seule mère juive siégeant au Sénat, entendre leurs histoires et voir leur douleur et leur déchirement m’a fait mal au cœur. »

Le 7 octobre, des milliers de terroristes palestiniens du Hamas ont franchi la frontière de Gaza, se sont déchaînés sur les communautés du sud et sur un festival de musique dans le désert, massacrant plus de 1 400 personnes, pour la plupart des civils. Au moins 245 civils et soldats ont été enlevés ce jour-là, dont quatre ont été libérés par le Hamas et une a été secouru par Tsahal.

Israël a répondu par des frappes intenses sur Gaza et une opération terrestre qui s’étend progressivement, déclarant son intention d’éradiquer le groupe terroriste qui dirige la bande de Gaza.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.