Un autre candidat du Labour démissionne après ses propos sur « Shylock »
Rechercher

Un autre candidat du Labour démissionne après ses propos sur « Shylock »

Gideon Bull a utilisé ce terme devant une collègue juive mais dit qu'il ne s'adressait pas à elle, et ignorait que le personnage de Shakespeare était juif ; 2e démission en 2 jours

Gideon Bull. (Capture d'écran : YouTube)
Gideon Bull. (Capture d'écran : YouTube)

Vendredi, un candidat du Parti travailliste britannique s’est retiré des élections législatives du mois prochain pour avoir utilisé le terme « Shylock » devant une femme politique juive locale, le deuxième membre du parti à se retirer en 48 heures pour avoir utilisé des insultes anti-juives.

Ces incidents sont les derniers en date qui affectent le principal parti d’opposition, largement accusé d’être devenu un refuge pour l’antisémitisme sous la direction de Jeremy Corbyn, dirigeant d’extrême gauche.

Gideon Bull, conseiller municipal dans l’arrondissement de Haringey, à Londres, a reconnu avoir utilisé ce terme lors d’une réunion en juillet, mais a nié qu’il s’adressait à Zena Brabazon, une autre conseillère qui est juive.

Le terme Shylock provient de la pièce de William Shakespeare Le Marchand de Venise, dont le personnage principal est un usurier juif impitoyable. Beaucoup ont accusé la pièce d’avoir des connotations antisémites et de perpétuer le stéréotype selon lequel les Juifs sont des extorqueurs d’argent et des fourbes. Dans l’usage moderne, le mot est devenu un terme péjoratif pour les usuriers et les prêteurs. Le métier d’usurier était l’un des rares métiers que pouvaient exercer les Juifs.

Bull a nié savoir que le personnage de Shylock était juif.

Zena Brabazon. (Capture d’écran : YouTube)

« Quand elle [Brabazon] m’a poliment informé que cette expression était offensante, je me suis immédiatement excusé et j’ai expliqué que je ne savais pas que Shylock était juif et que je ne l’aurais jamais mentionné si je l’avais su », a-t-il été cité par la BBC.

M. Bull, qui se présentait aux élections à Clacton, dans le sud-est de l’Angleterre, a dit que cette expression était courante là où il a grandi, « mais je ne savais pas que c’était offensant ».

« Il s’agit d’un véritable accident et je réitère mes sincères excuses pour cette erreur », a-t-il déclaré au Guardian.

« Je me retire parce que je ne veux pas que quoi que ce soit nous détourne du fait que Clacton a été négligé pendant des années par les Conservateurs », a-t-il expliqué.

Le Parti travailliste enquête sur Bull pour avoir utilisé ce terme.

L’annonce de Bull est intervenue le lendemain du départ d’une autre candidate travailliste pour des propos controversés contre Israël. Mercredi, un allié clé de Corbyn, qui a minimisé l’antisémitisme dans les rangs des travaillistes, a démissionné après avoir été écarté comme candidat.

Le Parti travailliste fait face à des accusations d’antisémitisme contre M. Corbyn, qui a fait l’objet d’un examen minutieux pour son prétendu échec à faire cesser le discours haineux et pour des actes passés dans lesquels il semblait ignorer, tolérer ou l’encourager.

Jeremy Corbyn, chef du Labour, principal parti d’opposition britannique, à Liverpool, dans le nord-ouest de l’Angleterre, le 7 novembre 2019. (Oli Scarff/AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...