Un avocat de Netanyahu démissionne
Rechercher

Un avocat de Netanyahu démissionne

Cette annonce a eu lieu après le rejet de la demande du Premier ministre d'obtenir un financement extérieur pour sa défense ; ses avocats devraient demander un report

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), parle avec son avocat Micha Fettman, (à gauche), dans la salle du tribunal lors de l'ouverture de son procès pour corruption à la cour de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. (Crédit : Ronen Zvulun/ Pool Photo via AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), parle avec son avocat Micha Fettman, (à gauche), dans la salle du tribunal lors de l'ouverture de son procès pour corruption à la cour de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. (Crédit : Ronen Zvulun/ Pool Photo via AP)

Micha Fettman, avocat du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui devait l’épauler dans son procès pour corruption, a quitté l’équipe assurant la défense du chef du gouvernement après le rejet de la demande soumise par ce dernier qui réclamait de pouvoir recevoir des fonds de la part d’un bienfaiteur étranger pour régler les frais entraînés par son passage devant les juges, à la veille de la prochaine audience dans le dossier.

La deuxième audience du procès dans lequel Netanyahu doit répondre de fraude, d’abus de confiance et de pots-de-vin devait avoir lieu le 19 juillet mais, la semaine dernière, la chaîne Kan a annoncé que Fettman devrait démissionner de manière à faire reporter la séance.

Le quotidien Haaretz a fait savoir qu’il y avait eu des désaccords entre Fettman et le principal avocat de la défense Amit Hadad, notant que l’équipe devrait dorénavant réclamer un report de la deuxième audience.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, parle avec ses avocats Micha Fettman, à gauche, et Amir Hadad, à droite, lors de l’ouverture de son procès pour corruption à la cour de district de Jérusalem, le 24 mai 2020 (Crédit :Ronen Zvulun/ Pool Photo via AP)

La constitution de l’équipe assurant la défense du Premier ministre a été ébranlée par le rejet répété de la Commission des permis, au sein du bureau du contrôleur d’Etat, des requêtes de Netanyahu qui avait une nouvelle fois demandé, la semaine dernière, la permission de bénéficier de dons de la part de riches bienfaiteurs pour assumer ses dépenses juridiques.

La Commission, pour sa part, avait exigé qu’il rende l’argent qu’il avait déjà touché.

Netanyahu a demandé à la Commission d’autoriser l’octroi d’un don d’un montant de dix millions de shekels de la part de Spencer Partrich, magnat de l’immobilier basé dans le Michigan. Parce que Spartrich est également témoin dans l’un des dossiers, la commission avait sollicité le procureur-général Avichai Mandelblit, lui demandant son avis dans cette affaire.

Spencer Partrich (Crédit)

Mandelblit a fait savoir à la commission, la semaine dernière, qu’il s’opposait à la requête soumise par Netanyahu, disant que ce don s’apparenterait justement à un cadeau illicite.

Dans un courrier envoyé aux avocats de Netanyahu, le secrétaire de la Commission, Eden Bizman, a indiqué que la demande ne répondait pas aux règles de l’octroi d’un cadeau tel qu’il est défini dans la loi.

La Commission a également fait savoir qu’elle ne reprendrait pas les discussions sur une requête rétroactive de Netanyahu qui avait voulu recevoir environ 300 000 dollars de fonds pour payer ses frais juridiques et qui étaient versés par son cousin, Nathan Milikowski. Dans la mesure où la requête a été rejetée par la Commission, Netanyahu devra rembourser l’argent à Milikowski.

Nathan Milikowsky en 2013, à San Francisco. (Crédit : Drew Altizer Photography)

Lors de l’ouverture du procès, Fettman avait déclaré aux juges que l’ampleur des dossiers nécessitait qu’il embauche de nouveaux avocats et qu’il faudrait trois à quatre mois à ces derniers pour qu’ils étudient les affaires.

Le procès de Netanyahu pour fraude, abus de confiance et pots-de-vin a ouvert au mois de mai devant un tribunal de Jérusalem. Les accusations portent notamment sur des cadeaux reçus sous forme de cigares et de bouteilles de champagne pour un montant de 200 000 dollars de la part de deux milliardaires, un magnat du cinéma à Hollywood, Arnon Milchan, et le magnat australien James Packer.

Netanyahu est également accusé d’avoir prôné une législation au bénéfice d’éminentes personnalités des médias israéliens en échange d’une couverture de ses actions plus positives dans leurs journaux. Le Premier ministre, pour sa part, clame être victime d’un complot et il a qualifié les accusations lancées à son encontre d’infondées, disant qu’accepter des cadeaux de la part d’amis n’était pas un problème.

L’avocat Micha Fettman, à gauche, à la cour de district de Jérusalem avec sa cliente Shula Zaken, le 5 septembre 2011 (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Fettman avait, dans le passé, représenté l’ancienne cheffe de bureau d’Ehud Olmert, Shula Zaken, avant qu’elle ne devienne témoin de l’accusation contre l’ex-Premier ministre. Zaken avait été libérée à l’issue de sept mois de détention. Olmert, pour sa part, avait écopé d’une peine de 16 mois de prison pour corruption.

Fettman avait également défendu Gilad Sharon, impliqué dans ce qui avait été appelé le dossier pour corruption de l’île grecque, dans lequel l’homme d’affaires David Appel avait été soupçonné de lui verser un salaire très élevé qui aurait servi de pots-de-vin en direction de son père, Ariel Sharon. L’affaire avait été close en 2004 pour manque de preuves.

Fettman a aussi servi de conseil pour l’homme d’affaires Zeev Rubinstein, qui a également été impliqué dans « l’Affaire 4000 » – le dossier Bezeq – dans lequel Netanyahu doit répondre de pots-de-vin et autres faits de corruption.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...