Un avocat juif, le « patient zéro » de NYC, ignore comment il a été contaminé
Rechercher

Un avocat juif, le « patient zéro » de NYC, ignore comment il a été contaminé

Lawrence Garbuz dit que le diagnostic de Covid-19 l'a surpris et a étonné les médecins se focalisant sur les personnes revenant de l'étranger

Un avocat, considéré comme un élément clé de l’épidémie de coronavirus à New York, a déclaré qu’il ne savait pas comment il avait contracté le virus.

Lors d’une interview diffusée lundi sur la chaîne NBC, Lawrence Garbuz, un Juif orthodoxe de 50 ans résidant à New Rochelle, a déclaré qu’il s’était rendu chez son médecin parce qu’il toussait et avait de la fièvre, et que le Covid-19 n’a jamais été évoqué. Le médecin l’a alors envoyé aux urgences.

Il a été hospitalisé en février, car son état s’était aggravé. Il a été placé en coma artificiel.

« Je n’ai aucun souvenir de ce qui s’est passé une fois que nous sommes rentrés aux urgences jusqu’à ce que je me réveille du coma », a-t-il dit. « C’est comme si trois semaines de ma vie avaient disparu, et que j’avais dormi tout ce temps-là ».

Aussi appelé « le patient zéro » de New York (même s’il est peu probable qu’il soit effectivement le premier malade), Lawrence Garbuz a été associé à 37 autres cas de contamination à New York, notamment sa femme, deux de leurs enfants et un voisin. Après son diagnostic, une zone de confinement de 1,6 kilomètre a été établie autour de sa synagogue et de la communauté de New Rochelle. La Garde nationale avait été mobilisée pour aider à la désinfection des espaces publics et à la livraison de repas pour les personnes isolées.

L’intéressé, qui se décrit comme un avocat assis derrière un bureau toute la journée, a expliqué qu’au moment de son diagnostic, les médecins américains se focalisaient sur les personnes qui revenaient de l’étranger, notamment de Chine, où le Covid-19 a été signalé pour la première fois. Il ne s’est pas rendu en Chine ni dans aucun pays qui connaissait un fort taux de contamination à l’époque. Lawrence Garbuz ignore toujours comment il a été contaminé.

Des médias portant un masque de protection devant la synagogue Young Israel of New Rochelle, à New York, le 10 mars 2020, au centre d’une épidémie dans le comté de Westchester (Crédit : TIMOTHY A. CLARY / AFP)

Il est tombé malade le 28 février, et son état s’est rapidement dégradé. A l’époque, il était en bonne santé et n’avait aucun antécédent médical. Les médecins pensaient qu’il avait une pneumonie, et ce n’est que quatre jours après que le diagnostic du Covid-19 est tombé.

Sa femme Adina a rapporté à la journaliste de NBC qu’elle a alors décidé d’envoyer son mari au New York-Presbyterian Hospital de Manhattan et a demandé à ce qu’il soit intubé dans l’ambulance.

« Il souffrait, je ne pouvais pas voir ça », a-t-elle confié. « Je le regardais et je ne pensais pas qu’il survivrait au voyage en ambulance dans son état ».

« Ma femme m’a sauvé la vie », a ajouté Lawrence Garbuz.

Il s’est réveillé dans une chambre d’hôpital, entouré de photos de ses proches, qui n’étaient pas autorisés à lui rendre visite.

À son réveil, ses premiers mots étaient « je t’aime », s’est souvenu son épouse.

Dès que le diagnostic de son mari est tombé, elle a passé des heures à contacter les autorités sanitaires pour les informer de l’identité des personnes avec qui elle et son mari avaient été en contact.

Le personnel de l’hôpital, les membres du cabinet d’avocats de son mari, et certains fidèles de la synagogue Young Israel de New Rochelle, qu’il fréquente, ont été testés positifs par la suite.

Lawrence Garbuz a pu quitter l’hôpital à la fin du mois de mars. Il a dit qu’il tentait d’ignorer son statut de premier porteur du virus dans l’État.

L’État de New York est devenu un foyer de l’épidémie aux États-Unis et compte 335 000 cas et 21 400 morts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...