Rechercher

Un Bédouin de 12 ans blessé après l’explosion d’une grenade dans son jardin

Quatre autres personnes, dont un enfant de 11 ans, ont été blessées dans une fusillade dans une ville du sud d’Israël jeudi soir

Une vue des maisons de Sawaneen, un village bédouin non-reconnu dans le sud du désert du Neguev en Israël, le 8 juin 2021. (Crédit :  HAZEM BADER / AFP)
Une vue des maisons de Sawaneen, un village bédouin non-reconnu dans le sud du désert du Neguev en Israël, le 8 juin 2021. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

Des médecins ont annoncé qu’un jeune bédouin, âgé de 12 ans, avait été grièvement blessé vendredi matin par l’explosion, dans son jardin, d’une grenade qu’il venait de toucher.

Selon le site d’information Ynet, la famille du garçon a déclaré qu’avant l’explosion, l’enfant avait joué avec la grenade.

Il a été conduit depuis une ville du désert du Neguev jusqu’à une autoroute près de la ville de Dimona. De là, les médecins l’ont transféré à l’hôpital Soroka de Beer Sheva, ont déclaré les services de secours du Magen David Adom.

La police n’a pas immédiatement commenté l’incident.

Par ailleurs, quatre personnes, dont un garçon de 11 ans, ont été blessées dans une fusillade survenue dans la ville bédouine d’Arara BaNegev, dans le sud du pays, jeudi soir, ont annoncé des médecins.

Un homme de 21 ans se trouvait dans un état grave, tandis que trois autres, parmi lesquels le jeune garçon, souffraient de blessures légères, a déclaré Magen David Adom.

Tous les quatre ont été transférés à l’hôpital Soroka.

La police a déclaré que la fusillade avait éclaté à l’issue d’une querelle entre clans rivaux de la ville. Un suspect âgé de 20 ans a été arrêté pendant la nuit et sa détention provisoire devrait être prolongée vendredi, a annoncé la police.

Les forces de l’ordre ont déclaré que deux autres personnes étaient actuellement en état d’arrestation, en lien avec cet affrontement.

Une vue générale montre le village bédouin non-reconnu de Tel Arad, dans le désert du Neguev, le 14 février 2021. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

Les communautés arabes en Israël ont connu une recrudescence de violence ces dernières années, principalement, mais pas exclusivement, en lien avec le crime organisé.

Les Arabes israéliens critiquent la police, à laquelle ils reprochent son incapacité à réprimer les puissantes organisations criminelles et sa tendance à ne pas prendre en charge la violence, que ce soient les querelles familiales, les guerres de territoire mafieuses ou les violences contre les femmes.

La communauté arabe a également souffert de décennies de négligence.

Le groupe Abraham Initiatives, qui surveille et milite contre la violence dans la communauté arabe, ont dénombré 125 Arabes tués en Israël en 2021 en lien avec la violence et la criminalité, un record absolu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...