Un bus tchèque « satirique » promeut des vacances à Auschwitz
Rechercher

Un bus tchèque « satirique » promeut des vacances à Auschwitz

Un accessoire de vieux film promouvant le camp d'extermination nazi comme une destination de vacances divertissante est critiqué par des survivants de l’Holocauste

Un bus en Tchéquie faisant la publicité de vacances au camp d'extermination nazi d'Auschwitz. Il s'agissait à l'origine d'un accessoire d'un film satirique dénonçant le tourisme de l'Holocauste. Photographie visible sur le site de la compagnie d'autobus, le 16 août 2016. (Crédit : capture d'écran autoxaver.com)
Un bus en Tchéquie faisant la publicité de vacances au camp d'extermination nazi d'Auschwitz. Il s'agissait à l'origine d'un accessoire d'un film satirique dénonçant le tourisme de l'Holocauste. Photographie visible sur le site de la compagnie d'autobus, le 16 août 2016. (Crédit : capture d'écran autoxaver.com)

Un voyage en bus satirique en République Tchèque, qui faisait la publicité du camp d’extermination nazi d’Auschwitz pour une destination de vacances amusante a été fustigé par des survivants de l’Holocauste et des dirigeants juifs locaux.

La tristement célèbre devise du camp « Arbeit Macht Frei » (« le travail libère ») est écrite sur l’un des côtés du bus à double étage avec une grande étoile de David et des images de véritables victimes juives assassinées par l’Allemagne nazie.

Le texte inscrit sur le bus invite joyeusement les gens à « Venir à Auschwitz – Un voyage d’émotions », et précise « nos guides parlent tchèque ».

Le bus avait à l’origine été fabriqué pour un film satirique du réalisateur tchèque Vit Klusak étudiant l’industrie touristique sur l’Holocauste, en croissance en Europe de l’Est.

Après la fin du tournage du film, le bus a cependant été vendu à une entreprise de voyage locale qui a refusé d’enlever les décorations.

Les critiques ont fustigé les publicités sur le bus comme étant insensibles et ont appelé à ce que l’on repeigne le bus.

Erika Bezdickova, survivante de l’Holocauste dont la famille entière a été assassinée à Auschwitz, a déclaré qu’elle avait été « absolument abasourdie lorsqu’elle a remarqué le bus », selon le Daily Mail britannique.

« Je pense que seule une personne sans aucune décence morale pourrait faire du commerce sur la catastrophe d’Auschwitz, a-t-elle ajouté. Non seulement c’est répréhensible, mais les responsables devraient également être punis. »

Selon l’article, le directeur du musée juif de Prague, Leo Pavlat, a contacté le propriétaire du bus en lui demandant de faire retirer immédiatement les images.

Le propriétaire, Svatopluk Xaver, a déclaré qu’il ne pouvait pas se permettre les 1 670 dollars de coût pour faire retirer les autocollants et repeindre le véhicule.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...