Un capteur implanté pour détecter les fistules anastomotiques dangereuses
Rechercher

Un capteur implanté pour détecter les fistules anastomotiques dangereuses

L'essai mené par l'hôpital Rabin va tester l'efficacité du dispositif d'Exero, qui vise à alerter les chirurgiens de l'existence de ces fistules potentiellement mortelles

Photo d'illustration.. Une équipe de chirurgiens lors d'une opération dans un hôpital. (Crédit : IStock)
Photo d'illustration.. Une équipe de chirurgiens lors d'une opération dans un hôpital. (Crédit : IStock)

Exero Medical, développeur d’un capteur sans-fil permettant de détecter de façon  précoce le phénomène des fistules de l’anastomose susceptibles d’apparaître après des interventions chirurgicales gastro-intestinales, a achevé la première implantation chez l’être humain dans le cadre d’un essai clinique.

Cette procédure d’implantation est entrée dans le cadre d’un essai clinique mené au centre médical Rabin par le professeur Nir Wasserberg, directeur de la division de chirurgie colorectale et président de la Société israélienne de chirurgie rectale et du côlon.

L’équipe a annoncé que l’implantation du capteur et la collecte de données s’étaient bien passées et s’étaient déroulées lors d’une résection antérieure basse dans un cas de cancer rectal, a annoncé l’entreprise dans la journée de lundi.

Suite à une chirurgie gastro-intestinale, il y a 6 % à 10 % de probabilités de développer un effet secondaire appelé « fistule anastomotique » qui se développe lorsque deux voies intestinales sont rattachées après une résection, au cours de laquelle une partie de l’intestin est ôtée.

Ces fistules présentent un risque mortel. Exero affirme avoir créé un capteur sans fil biodégradable de contrôle, à implanter dans le corps, pour s’attaquer à ce problème. Le capteur est créé pour contrôler de manière continue la zone corporelle concernée et pour alerter les médecins en cas de problèmes potentiels, ce qui permet une intervention précoce, avant que des complications ne mettent en jeu la survie du patient, a continué le communiqué.

« Le lancement de la collecte de données cliniques est une avancée spectaculaire vers la mise en place d’un outil stable de détection pour les chirurgiens », dit Wassenberg dans le communiqué. « La crainte d’une fistule de l’anastomose empêche les médecins de dormir et elle représente une véritable nécessité clinique ».

« Le capteur d’Exero a été mis au point de manière à fournir aux chirurgiens un aperçu lors du processus de rétablissement des malades et il permet de déterminer les meilleures actions à entreprendre et d’améliorer les résultats cliniques », continue-t-il.

Cette toute première utilisation du capteur dans une salle d’opération est « un tournant significatif pour Exero Medical », dit Erez Shor, directeur-général de la start-up. « Nous sommes impatients de développer un système automatique de détection de fistules anastomotiques fiable, qui sauvera des vies, réduira les souffrances et aidera à relever un défi qui coûte actuellement des milliards de dollars aux contribuables comme aux fournisseurs ».

La solution proposée par Exero pourrait toucher un marché de deux milliards de dollars, selon l’entreprise.

Les chirurgiens impliqués dans l’essai ont précisé qu’ils avaient pu implanter le capteur dans le cadre d’une procédure d’intervention en cours, avec « un temps minimal ajouté et un risque supplémentaire négligeable pour le patient », note le communiqué.

La firme Exero Medical, dont le siège se trouve à Or Yehuda, en Israël, a été fondée par un incubateur de l’Autorité israélienne de l’innovation, MEDX Xelerator, et par Clalit HMO, la plus grande organisation de santé au sein de l’Etat juif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...