Un chef du Hamas menace Gantz : « Tu maudiras le jour de ta naissance »
Rechercher

Un chef du Hamas menace Gantz : « Tu maudiras le jour de ta naissance »

Yahya Sinwar menace Gantz en cas d'action militaire s'il devient Premier ministre. Nous pouvons transformer les villes israéliennes en villes fantômes si Gaza est envahi

Yahya Sinwar, le dirigeant du Hamas dans la bande de Gaza, s'adresse à des correspondants étrangers dans son bureau à Gaza, le jeudi 10 mai 2018. (AP Photo/Khalil Hamra)
Yahya Sinwar, le dirigeant du Hamas dans la bande de Gaza, s'adresse à des correspondants étrangers dans son bureau à Gaza, le jeudi 10 mai 2018. (AP Photo/Khalil Hamra)

Le chef du groupe terroriste palestinien du Hamas Yahya Sinwar a menacé lundi le chef du parti Kakhol lavan, le député Benny Gantz, avertissant que si Gantz tente d’attaquer la bande de Gaza après avoir formé un gouvernement, le groupe terroriste veillera à ce qu’il regrette le jour de sa naissance.

Sinwar se référait aux commentaires de Gantz après les tirs de roquettes effectués le week-end dernier depuis Gaza sur des villes du sud d’Israël, dans lesquels le législateur israélien, ancien commandant de l’armée israélienne, disait que s’il devient Premier ministre, il utiliserait la force militaire pour dissuader ces attaques et assassiner éventuellement les dirigeants du groupe terroriste.

« Nous lui disons : Nous vous attendons, si vous réussissez à former un gouvernement », s’est moqué Sinwar lors d’un discours à Gaza. « Voyons ce dont vous êtes capable. Avec la permission de Dieu, sa gloire et son exaltation, nous vous ferons maudire le jour où votre mère vous a donné naissance. »

M. Sinwar a également menacé d’attaques incessantes de missiles sur Tel Aviv dans le cadre d’une escalade future du conflit. Si la violence éclate, « nous allons frapper Tel Aviv et faire résonner les sirènes le matin, le soir et la nuit pendant six mois complets », a-t-il menacé. « Nous pouvons transformer les villes ennemies en villes fantômes, si on continue à nous attaquer. »

« Si vous envisagiez d’entrer – nous avons des milliers de mines qui vous attendent », a ajouté M. Sinwar, et s’est vanté qu’il y a des centaines de kilomètres de tunnels sous Gaza que les forces du Hamas peuvent utiliser pour défendre l’enclave palestinienne contre une attaque israélienne.

Sinwar a également remercié l’Iran pour son soutien au Hamas « avec des fonds, des armes et de l’expertise ».

Gantz et Sinwar, ancien chef d’une branche armée du Hamas, se sont affrontés sur le champ de bataille de Gaza en 2014 dans le cadre de l’opération Bordure protectrice, un conflit de 50 jours au cours duquel les forces israéliennes ont combattu des groupes terroristes palestiniens dirigés par le Hamas. A l’époque, Gantz était encore chef d’état-major de Tsahal. Pendant les combats, les Palestiniens ont tiré des milliers de roquettes et de mortiers sur Israël, dont certains ont visé Tel Aviv.

Le leader du parti Kakhol lavan Benny Gantz lors d’une conférence de presse au kibboutz Nahal Oz, dans le sud d’Israël, le 15 mars 2019 (Crédit : Flash90)

Samedi, M. Gantz a déclaré : « Un gouvernement sous ma direction ne tolérera pas une menace pour les habitants du Sud et n’acceptera aucune atteinte à sa souveraineté. Nous allons rétablir la dissuasion à tout prix, même si nous devons personnellement frapper ceux qui mènent l’escalade. »

Dix roquettes ont été tirées de Gaza sur Israël vendredi soir, dont l’une a touché une maison dans la ville de Sdérot, dans le sud. Personne n’a été blessé.

Israël a réagi par des frappes aériennes à Gaza, qui auraient tué un Palestinien et en auraient blessé deux autres.

Selon Tsahal, les frappes ont touché « un large éventail » de cibles du Hamas, notamment une base navale, un complexe militaire et une usine de fabrication d’armes.

Suite à ces frappes, les organisations terroristes du Hamas et du Jihad islamique au pouvoir à Gaza ont averti Israël des conséquences possibles.

Les autorités israéliennes soupçonneraient le groupe du Jihad islamique d’être responsable des tirs de roquettes et non le Hamas. Toutefois, Israël tient le Hamas pour responsable de toutes les attaques depuis Gaza. Le groupe terroriste, qui cherche à détruire Israël, a pris le contrôle de l’enclave aux mains de l’Autorité palestinienne en 2007.

Des intercepteurs du Dôme de fer frappent une roquette en provenance de la bande de Gaza au-dessus de la ville de Sdérot, le 1er novembre 2019. (Capture d’écran/Twitter)

Deux tours de scrutin en six mois n’ont pas permis de former un gouvernement de coalition en Israël. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu continue de diriger un gouvernement intérimaire, tandis que son principal rival, Gantz, a été chargé d’essayer de former une coalition après que Netanyahu, qui a été le premier à essayer, a échoué dans sa tâche.

Dimanche, Sinwar s’est moqué de l’impasse politique en Israël, affirmant que la situation politique actuelle à Jérusalem signifie qu’aucun gouvernement ne peut prendre de décisions majeures. M. Sinwar a fait ces remarques car il a démenti les allégations israéliennes selon lesquelles il y avait eu des progrès vers un accord d’échange de prisonniers entre Israël et le Hamas.

Le Hamas détiendrait trois citoyens israéliens – Avraham Abera Mengistu, Hisham al-Sayed et Juma Ibrahim Abu Ghanima – qui seraient tous entrés de leur plein gré dans la bande de Gaza entre 2014 et 2015.

Israël exige également depuis longtemps que le Hamas restitue les dépouilles des soldats de Tsahal Oron Shaul et Hadar Goldin, qui ont été tués pendant le conflit avec le Hamas en 2014.

Un accord sur les prisonniers et les restes israéliens est considéré comme l’une des nombreuses questions qui entravent la conclusion d’un accord de cessez-le-feu à long terme entre Israël et le Hamas.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...