Un club de sport juif d’Argentine reçoit des menaces invoquant l’Etat islamique
Rechercher

Un club de sport juif d’Argentine reçoit des menaces invoquant l’Etat islamique

Une bouteille a été jetée par la fenêtre avec un mot disant « Ceci est un avertissement, le prochain explosera » ; c’était la première utilisation du symbole du groupe terroriste dans ce pays d’Amérique Latine

Des membres de l'unité paramilitaire irakienne Mobilisation Populaire célèbrent la reprise du village d'Albu Ajil, près de la ville de Tikrit, qui était détenu par l'Etat islamique, en agitant un drapeau du groupe terroriste, le 9 mars 2015 (Crédit : AFP/Ahmad al-Rubaye)
Des membres de l'unité paramilitaire irakienne Mobilisation Populaire célèbrent la reprise du village d'Albu Ajil, près de la ville de Tikrit, qui était détenu par l'Etat islamique, en agitant un drapeau du groupe terroriste, le 9 mars 2015 (Crédit : AFP/Ahmad al-Rubaye)

BUENOS AIRES – Un club de sport juif en Argentine a été victime de menaces. Ce serait la première manifestation de l’Etat islamique dans le pays.

Le mot de menaces avait été attaché à une bouteille en plastique remplie de ciment qui a été jetée par une fenêtre du centre Maccabi de la communauté et des sports juifs dans la province de Santa Fe en Argentine.

Le mot, qui disait « Ceci est un avertissement, le prochain explosera » et « Allahu Akbar » ou « Dieu est grand » en arabe, incluait également le logo de l’État islamique.

Le représentant du groupe juif argentin politique DAIA dans la province de Santa Fe, Horacio Roitman, a dénoncé l’attaque dans des interviews avec les médias locaux et nationaux. Il a rencontré les autorités de police et de sécurité pour renforcer la surveillance de l’institution et mettre en place des mesures préventives.

Le Maccabi a déclaré sur les médias sociaux que les activités du centre se poursuivront comme d’habitude. Le centre communautaire célèbre ce mois-ci sa 60e année d’existence et la 30e année de son siège à Santa Fe City, la capitale de la province de Santa Fe.

« C’est la première fois que le drapeau de l’EI est utilisé dans une attaque en Argentine. L’influence de l’EI se développe en Amérique latine, ce qui pourrait être une conséquence de la propagation des messages haineux de l’EI », a déclaré à JTA Ariel Gelblum, un représentant du Centre Wiesenthal en Amérique latine.

L’Institut national contre la discrimination a exprimé une « profonde inquiétude » au sujet de l’attaque, « écrite en espagnol et en arabe avec une devise utilisée par des groupes fondamentalistes », selon une déclaration publiée par son bureau de Santa Fe.

La menace survient dans un pays qui a connu des attentats meurtriers à l’ambassade d’Israël à Buenos Aires en 1992 et au centre juif AMIA en 1994. L’Iran, par l’intermédiaire du groupe terroriste Hezbollah, a été accusé d’avoir fomenté ces attaques, bien que personne n’ait été traduit en justice.

Alberto Nisman pendant une conférence de presses à Buenos Aires, le 20 mai 2009. (Crédit : AFP PHOTO / Juan Mabromata)
Alberto Nisman pendant une conférence de presses à Buenos Aires, le 20 mai 2009. (Crédit : AFP PHOTO / Juan Mabromata)

Le procureur spécial aujourd’hui décédé, Alberto Nisman, a accusé le gouvernement argentin d’avoir participé à couvrir le rôle de l’Iran dans l’attentat contre l’AMIA. Il a été trouvé mort en janvier 2015 dans son appartement de Buenos Aires ; la cause officielle du décès n’a pas encore été déterminée.

En mars, l’assassinat d’un homme d’affaires juif en Uruguay a marqué l’arrivée du terrorisme islamiste du Moyen-Orient en Amérique du Sud.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...