Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Un colloque consacré au photographe lituanien Moï Ver à Paris

L’œuvre de Moshe Vorobeichic, dit Moï Ver, né en 1904 à Vilnius, actuelle Lituanie, reflète un parcours singulier, marqué par des géographies multiples

Gauche : Barbes, 1933-1934. (Archive © Yossi Raviv-Moi Ver. Photo © Centre Pompidou - Dist. RMN-GP). Droite : Autoportrait de Moï Ver, 1931. (MK2 Kreations © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou)
Gauche : Barbes, 1933-1934. (Archive © Yossi Raviv-Moi Ver. Photo © Centre Pompidou - Dist. RMN-GP). Droite : Autoportrait de Moï Ver, 1931. (MK2 Kreations © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou)

Un colloque consacré au photographe, graphiste et peintre lituanien Moï Ver se tiendra le jeudi 15 juin 2023, à partir de 10h, au Musée d’art et d’histoire du judaïsme, à Paris.

L’évènement est organisé par le Centre Pompidou, l’Inalco et le mahJ, à l’occasion de la rétrospective de Moï Ver au Centre Pompidou, sous la direction de Julie Jones (Centre Pompidou) et Il-Il Yatziv Malibert (Inalco).

L’œuvre de Moshe Vorobeichic, dit Moï Ver, né en 1904 à Vilnius, actuelle Lituanie, reflète un parcours singulier, marqué par des géographies multiples. Après une formation artistique à Vilnius, puis au Bauhaus de Dessau, Moï Ver s’installe à Paris en 1929. Il y publie un premier livre d’artiste, Paris, qui fait sa renommée et l’inscrit, jusqu’à aujourd’hui, dans l’histoire de l’avant-garde photographique. À cette période, il réalise la maquette d’un second ouvrage, CI-CONTRE, chef d’œuvre du modernisme, aujourd’hui conservée dans les collections du Musée national d’art moderne.

Jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, Moï Ver réalise parallèlement une importante documentation photographique de la vie juive en Europe de l’Est. Installé définitivement en Palestine mandataire en 1934, il accompagne la naissance de l’État d’Israël, photographiant la construction des nouvelles infrastructures et la vie quotidienne des kibboutzim pour les organisations sionistes pré-étatiques. Ses photographies sont publiées dans de nombreux ouvrages, et lui servent de matière première pour la réalisation d’affiches politiques. Au début des années 1950, Moï Ver adopte le nom de Moshe Raviv et se retire à Safed, dans le nord d’Israël, où il se consacre à la peinture. Il y est décédé en 1995.

Ce colloque international propose de réunir des spécialistes de l’œuvre de l’artiste, comme, plus largement, des sujets abordés par celui-ci, tout au long de son parcours, depuis Vilnius au début du 20e siècle, en passant par l’Allemagne des années 1920, le Paris des années 1930, la Palestine mandataire puis Israël.

L’inscription au colloque, gratuite, est nécessaire sur le site du mahJ. Le programme complet y est aussi disponible.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.