Rechercher

Un conducteur israélien légèrement blessé suite à des coups de feu près de Hawara

Le conducteur a été blessé par les éclats de verre ; à la recherche du tireur, l’armée a bouclé les accès à plusieurs villages du nord de la Cisjordanie

Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, à droite, sur les lieux d'une fusillade près de la ville de Huwara, dans le nord de la Cisjordanie, le 8 septembre 2022. (Crédit : Conseil régional de Samarie)
Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, à droite, sur les lieux d'une fusillade près de la ville de Huwara, dans le nord de la Cisjordanie, le 8 septembre 2022. (Crédit : Conseil régional de Samarie)

Un Israélien a été légèrement blessé par des coups de feu tirés sur son véhicule alors qu’il conduisait près de la ville palestinienne de Hawara, dans le nord de la Cisjordanie, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le conducteur n’a pas été touché par les balles, mais par les éclats de verre d’une vitre brisée par l’impact de la balle, a précisé Tsahal dans un communiqué, ajoutant que l’homme avait été conduit a l’hôpital le plus proche.

Les soldats israéliens, arrivés sur place peu de temps après les faits, ont trouvé plusieurs douilles sur le sol.

Ils ont lancé une chasse à l’homme pour retrouver le ou les tireurs, qui ont pris la fuite. Les recherches se poursuivent, a déclaré l’armée.

Les médias palestiniens ont rapporté que Tsahal avait fermé les accès a Hawara ainsi qu’à plusieurs villages voisins, le temps des recherches.

Hawara a longtemps été un point névralgique en Cisjordanie, car c’est la seule ville palestinienne que les Israéliens traversent régulièrement pour se rendre dans les implantations du nord de la Cisjordanie.

Ces derniers mois, elle est devenue le théâtre d’une « guerre des drapeaux » entre Israéliens et Palestiniens, chaque camp décrochant les drapeaux de l’autre le long de la route principale qui traverse le village. Des soldats israéliens ont même été filmés en train de décrocher des drapeaux palestiniens à un endroit pourtant situé dans la zone B de Cisjordanie, sous contrôle civil de l’Autorité palestinienne.

La fusillade de cette nuit survient à un moment de résurgence des violences en Cisjordanie.

Mercredi soir, un adolescent palestinien a été abattu après avoir attaqué un soldat israélien avec un marteau, près du village de Beitin, dans le centre de la Cisjordanie.

Les soldats menaient une opération de routine lorsque le suspect s’est jeté sur un des soldats, a expliqué l’armée. Le soldat a ouvert le feu, tuant le Palestinien.

L’armée israélienne a ajouté avoir trouvé un couteau sur le corps de l’agresseur.

Le soldat, légèrement blessé à la tête, a reçu des soins sur place et n’a pas eu besoin d’être hospitalisé.

Par la suite, l’agresseur palestinien a été identifié par le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne : il s’agit de Haitham Hani Moubarak, âgé de 17 ans.

Dans le cadre de leurs opérations de lutte contre le terrorisme de ces derniers mois, les soldats israéliens ont été à plusieurs reprises pris sous le feu lors de raids nocturnes en Cisjordanie.

L’armée a lancé l’opération, baptisée Brise-lames, suite à la série d’attentats terroristes qui a tué 19 personnes entre la mi-mars et le début du mois de mai. Plus de 1 500 suspects ont été arrêtés depuis le début de l’opération.

Le ministère de la Santé de l’AP estime pour sa part à 90 le nombre de Palestiniens tués par l’armée israélienne depuis le début de l’année, parmi lesquels des Palestiniens auteurs d’attentats en Israël, des adolescents qui manifestaient violemment contre les raids nocturnes de Tsahal et la célèbre journaliste Shireen Abu Akleh, d’Al Jazeera, qui détenait la citoyenneté américaine.

Ce lundi, l’armée israélienne a fait connaître les conclusions de son enquête sur la fusillade, reconnaissant que l’un de ses soldats était probablement l’auteur du tir qui a accidentellement tué la journaliste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...