Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

Un démocrate de NY, critique d’Israël, propose de s’entretenir avec les électeurs juifs

Dans la perspective des primaires, Jamaal Bowman propose un dialogue sur l'antisémitisme. Un rabbin dit que personne ne viendra : « La relation avec lui n'est plus possible »

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Le Représentant démocrate de New York Jamaal Bowman écoute les orateurs avant que le président américain Joe Biden ne prenne la parole lors d'un événement au SUNY Westchester Community College, le 10 mai 2023, à Valhalla, New York. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)
Le Représentant démocrate de New York Jamaal Bowman écoute les orateurs avant que le président américain Joe Biden ne prenne la parole lors d'un événement au SUNY Westchester Community College, le 10 mai 2023, à Valhalla, New York. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)

Le représentant américain Jamaal Bowman, démocrate progressiste de New York, propose aux électeurs juifs d’assister à une réunion pour parler de l’antisémitisme, car ses critiques de la guerre d’Israël contre le Hamas à Gaza risquent de lui porter tort en cas de primaires.

La réunion, que son bureau qualifie de « Petit-déjeuner de réconciliation : lutter contre l’antisémitisme et la haine », se tiendra au bureau de Bowman, à White Plains, lundi matin.

Une invitation a été envoyée à des dirigeants juifs de la région vendredi, mais certains d’entre eux ne prennent pas cette initiative au sérieux. Le rabbin Evan Hoffman, chef du conseil des rabbins de Westchester, dit que cette réunion est « une plaisanterie ».

« Personne ne va y aller », assure Hoffman, chef de la congrégation orthodoxe Anshe Sholom, à New Rochelle. « La relation avec ce membre du Congrès n’est plus possible : il le sait, et nous aussi. Ça ne sert à rien de faire tout ça ».

Bowman s’est attiré des réactions négatives, au niveau local et national, en raison de ses appels à un cessez-le-feu dans la guerre entre Israël et le Hamas, y compris de la part d’électeurs juifs. Il a condamné le Hamas et un rassemblement apparemment favorable à l’attaque du 7 octobre, exigé la libération des otages du groupe terroriste et dénoncé l’antisémitisme. Mais il est aussi membre du « Squad », un groupe de démocrates progressistes très critiques d’Israël, et ce bien avant le 7 octobre.

Le 16 octobre dernier, Bowman a coparrainé une résolution de sa collègue progressiste, Cori Bush, appelant à un « cessez-le-feu immédiat ». La résolution ne mentionnait ni le Hamas, ni le terrorisme ni les otages israéliens. Le soutien de Bowman a suscité la réprobation du Conseil des rabbins de Westchester, qui a déclaré que la résolution refusait à Israël le droit de se défendre – alors même que le Hamas détenait des otages – et dressait une fausse équivalence entre les deux parties.

Bowman est l’un des 10 membres du Congrès à avoir voté contre la résolution « Aux côtés d’Israël en lutte contre la guerre barbare initiée par le Hamas et d’autres terroristes ». Il a également voté contre une résolution condamnant le soutien à des groupes terroristes sur les campus, à commencer par le Hamas.

Les Représentants Alexandria Ocasio-Cortez, Jamaal Bowman, Cori Bush et Ilhan Omar. (Crédit : Collage/AP)

Bowman a été élu au Congrès en 2020 en battant un Démocrate pro-israélien convaincu, Eliot Engel, lors de primaires.

Contrairement à d’autres membres du Squad, comme les représentantes Ilhan Omar ou Rashida Tlaib, Bowman s’est, dans un premier temps, montré prudent en matière de politique israélienne. Il s’est rendu en Israël en 2021 à l’occasion d’un déplacement organisé par le lobby libéral israélien J Street, ce qui lui a valu des foudres à gauche et l’a conduit à quitter les Socialistes démocrates d’Amérique après ce voyage.

Avant le 7 octobre, J Street soutenait Bowman. Le 24 octobre, le groupe déclarait à la Jewish Telegraphic Agency que ce soutien n’était pas remis en cause.

Au sein de son district, la polémique autour de ses positions pourrait renforcer les chances du populaire George Latimer, à la tête du comté de Westchester, qui pourrait faire une annonce sur une éventuelle candidature ce mois-ci. Le mandat actuel de M. Bowman se termine le 3 janvier 2025.

Pour le Congrès, le 16e district de Bowman est situé au nord de New York, avec une petite partie du Bronx. Il abrite une importante population juive et compte environ une moitié d’Afro-américains et de Latinos.

Une vingtaine de rabbins du district de Bowman, dont Hoffman, ont écrit une lettre à Latimer neuf jours après l’attaque du 7 octobre contre Israël, lui demandant de se présenter contre Bowman pour contrer les « tentatives du candidat sortant d’éroder les bases du soutien à Israël au Capitole, comme au sein du Parti Démocrate ».

Le rabbin Jonathan E. Blake, de la synagogue réformée de Westchester, signataire de la lettre, a déclaré que la vision de Bowman de cette guerre semblait en porte à faux avec l’essentiel de la communauté juive de Westchester.

« Les électeurs juifs du district du Représentant Bowman ne croient pas que sa politique et ses messages sur Israël reflètent leurs propres opinions », a déclaré Blake.

Hoffman estime que ces tensions sont antérieures au 7 octobre. Déjà avant la guerre, dit-il, Bowman « ne répondait pas à nos demandes et à nos besoins. Il avait fait de notre relation une relation conflictuelle ».

Le Représentant Jamaal Bowman (deuxième à partir de la droite) avec le Premier ministre israélien de l’époque, Naftali Bennett (au centre), lors d’un voyage en Israël avec une délégation. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Jeudi, Bowman a écrit sur X, anciennement Twitter, avoir été en contact quotidien avec les électeurs juifs « qui ne voulaient pas que leur douleur soit exploitée par la droite pour justifier encore plus de morts civiles ». À la suite de la lettre des rabbins critiquant Bowman, plusieurs dizaines de membres de la communauté juive se faisant appeler « Juifs pour Jamaal » ont écrit une contre-lettre, exprimant leur soutien au membre du Congrès et demandant à Latimer de ne pas se présenter.

Micah Sifry, l’un des principaux signataires de cette lettre, dit avoir été invité à la réunion de lundi, à laquelle il devrait assister.

« Je ne pense pas que quelqu’un ait fait des sondages, donc c’est difficile de savoir. Il est probable que chacun voie une partie de la question », explique-t-il à propos du soutien de l’électorat juif dans le district de Bowman. « Ce n’est un secret pour personne que la communauté juive renferme une grande variété d’opinions politiques. »

Sifry indique que Bowman a donné ses coordonnées aux membres de la communauté et répondu aux demandes qui lui ont été faites, mais qu’il pourrait avoir du mal à suivre.

Le bureau de M. Bowman n’a pas répondu à une demande d’informations complémentaires sur la réunion de lundi, à commencer par le nom des personnes qui y assisteront, ce qui sera évoqué et ce qui a motivé l’événement.

Blake, membre du Conseil juif de Westchester, un groupe de coordination, et du Conseil des rabbins de Westchester, affirme ne rien savoir des initiatives du bureau de Bowman vis-à-vis de l’un ou l’autre groupe, ignorer avec qui Bowman a parlé au sein de la communauté juive et ne pas avoir été invité à la réunion de lundi.

Hoffman dit avoir reçu un bref appel téléphonique de Bowman, le mois dernier. Il rappelle que les partisans juifs du membre du Congrès représentent une « très petite fraction » de la communauté.

« Je crois que tout ceci est une sorte de feuille de vigne », explique Blake à propos de l’affirmation de Bowman selon laquelle il est en contact quotidien avec des membres de l’électorat juif, « de manière à couvrir le fait, évident, que sa relation avec la communauté juive dominante de son district est très tendue en ce moment. »

La guerre a éclaté après le massacre du Hamas, le 7 octobre dernier, au cours duquel 3 000 terroristes originaires de la bande de Gaza se sont introduits en Israël par voie terrestre, aérienne et maritime pour tuer 1 400 personnes et faire près de 240 otages de tous âges, le tout sous un déluge de milliers de roquettes. La grande majorité des personnes tuées par ces hommes armés qui se sont emparés des communautés proches de Gaza étaient des civils, notamment des bébés, des enfants et des personnes âgées. Des familles entières ont été exécutées chez elles et plus de 260 personnes ont été massacrées lors d’une rave en plein air, beaucoup avec une extrême brutalité.

Israël indique que son offensive a pour but de détruire les capacités militaires et de gouvernance du Hamas, et d’en finir avec l’ensemble du groupe terroriste, qui dirige la bande de Gaza. Il dit prendre pour cibles toutes les zones dans lesquelles le Hamas opère, tout en faisant en sorte de limiter les pertes civiles. Le Hamas affirme que plus de 9 000 personnes ont été tuées à Gaza. Ces chiffres, qui ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante, pourraient comprendre ses propres agents ainsi que les Gazaouis tués par les missiles égarés des groupes terroristes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.