Rechercher

Un député du Likud inculpé pour corruption

La mise en examen de Haim Katz a suivi la conclusion d'un arrangement judiciaire avec les procureurs

Le député Likud Haim Katz lors d'une audience à la cour suprême de Jérusalem, le 3 septembre 2020. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le député Likud Haim Katz lors d'une audience à la cour suprême de Jérusalem, le 3 septembre 2020. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le député issu du parti du Likud Haim Katz a été mis en examen mardi. Il devra répondre de chefs d’accusation revus à la baisse qui lui permettront d’éviter une peine d’emprisonnement après la conclusion d’un accord judiciaire avec les procureurs.

Katz était accusé d’avoir prôné un projet de loi portant sur le remboursement d’obligations d’entreprises qui avait été avancé par un consultant qui était à la fois l’un de ses amis proches et son conseiller financier, et qui avait finalement bénéficié à ce dernier après son adoption formelle. Katz était aussi mis en cause pour avoir dissimulé ces conflits d’intérêt.

Selon l’arrangement judiciaire, Katz reconnaîtra le chef d’accusation moins important de conspiration visant à atteindre une cible légitime par des moyens illégitimes. Le député et les procureurs demanderont alors à la cour des magistrats de Rishon Lezion de condamner l’inculpé à une peine de prison avec sursis assortie d’une amende.

Dans un communiqué, Katz a fait savoir que le procureur-général Avichai Mandelblit avait reconnu que l’avancée du projet de loi avait été casher et qu’il n’avait lui-même tiré aucun bénéfice personnel de cette législation.

« Les accusations lancées à mon encontre sont liées à des informations que j’aurais dû faire connaître aux membres des commissions de la Knesset. J’en assume toute la responsabilité », a-t-il affirmé. « Au cours des cinq dernières années, j’ai moi-même payé un prix élevé aux niveaux personnel et public parce que la procédure judiciaire est en elle-même une sanction – et j’ai décidé de conclure un accord pour enfin laisser cette saga derrière moi ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...