Un député du parti néo-nazi Aube dorée dit qu’Israël est “l’ennemi éternel” des Grecs
Rechercher

Un député du parti néo-nazi Aube dorée dit qu’Israël est “l’ennemi éternel” des Grecs

Le ministre grec de la Défense demande une action contre le député d’extrême-droite, dont le parti avait nié l’Holocauste

Le député du parti grec néonazi Aube dorée, Christos Pappas. (Crédit : capture d'écran Aube dorée)
Le député du parti grec néonazi Aube dorée, Christos Pappas. (Crédit : capture d'écran Aube dorée)

ATHENES – Le ministre grec de la Défense Panos Kammenos a appelé le ministère de la Justice à prendre des mesures contre un député néo-nazi qui a fait des déclarations anti-Israël au Parlement.

Pendant un débat parlementaire lundi, Christos Pappas, du parti Aube dorée, a parlé d’Israël comme d’un « ennemi éternel de la Grèce et de l’Orthodoxie », une référence à l’Eglise grecque officielle.

Pappas s’exprimait pendant un débat sur la ratification par la Grèce d’accords internationaux.

« L’Etat d’Israël met en place des méthodes génocidaires et est un fauteur de troubles régional », a-t-il déclaré, selon le journal Kathemirini, demandant comment « un état comme Israël pourrait avoir des relations avec la Grèce, le berceau de la civilisation et de l’humanisme. »

Panos Kammenos, ministre grec de la Défense. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Panos Kammenos, ministre grec de la Défense. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Le ministre de la Défense Kammenos, membre du parti souverainiste Grecs indépendants, a considéré que les remarques de Pappas étaient racistes et xénophobes et a appelé le ministère de la Justice à entreprendre des actions contre lui.

Kammenos a lui-même été critiqué dans le passé pour des commentaires antisémites, après avoir affirmé en 2014 que les Grecs juifs payaient moins d’impôts que les autres Grecs. Cependant, depuis qu’il a été nommé ministre de la Défense, il a supervisé le réchauffement des relations avec Israël.

Aube dorée, le troisième parti de Grèce, utilise fréquemment l’imagerie nazie. Ses dirigeants ont nié l’existence de camps de la mort nazis et des chambres à gaz.

La plupart de son leadership est en procès pour direction d’une organisation criminelle accusée de la responsabilité de dizaines d’attaques racistes contre des immigrants, et de l’assassinat d’un militant de gauche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...