Un député iranien estime que l’Iran aurait dépensé jusqu’à 30 Mds de $ en Syrie
Rechercher

Un député iranien estime que l’Iran aurait dépensé jusqu’à 30 Mds de $ en Syrie

Considéré comme modéré, Heshmatollah Falahatpisheh a demandé à ce que la Syrie rembourse les fonds iraniens dépensés dans le pays en soutien à Bachar el-Assad

L’Iran aurait dépensé entre 20 et 30 milliards de dollars en Syrie en soutien au dictateur Bashar al-Assad et dans la lutte contre l’Etat islamique depuis qu’a éclaté le conflit syrien, a rapporté le 20 mai dernier l’agence de presse américaine Bloomberg, citant un député iranien interviewé par l’agence semi-officielle Etemad.

« L’argent de notre nation a été dépensé là-bas », a déclaré le député Heshmatollah Falahatpisheh. « Pourquoi certaines personnes ont peur de la transparence financière ? […] En ce moment, l’économie est le principal problème dans notre pays. En se basant sur les statistiques, je dirais que nous avons entre nos mains les moyens pour réparer l’économie du pays », évoquant ensuite les revenus pétroliers de l’Iran.

Il a néanmoins précisé que les problèmes économiques pourraient être réglés dans le cas où « le budget ne serait pas dépensé dans des domaines sans intérêt », sans élaborer davantage les dépenses de l’Iran en Syrie.

Il a également demandé à ce que la Syrie rembourse les fonds iraniens dépensés dans le pays.

Considéré comme modéré, Heshmatollah Falahatpisheh a été président de la Commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parlement iranien entre 2018 et 2019. Il a été remplacé à ce poste en juin 2019 par un député plus conservateur, suite à la dégradation des relations avec les Etats-Unis. Durant son mandat, il s’était rendu en voyage officiel à Damas, lors duquel il avait rencontré Bashar al-Assad.

En février 2018, Yahya Rahim Safavi, conseiller militaire du guide suprême iranien, Ali Khamenei, avait déclaré que les investissements en Syrie seraient remboursés par des accords économiques sur le long-terme.

En Syrie, l’Iran soutient notamment le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah. Le pays a également envoyé ses propres troupes dans la lutte contre les groupes armés islamistes opposés au gouvernement. En comparaison à cette estimation de « 20 à 30 milliards de dollars » dépensés en Syrie, l’Iran a consacré l’an dernier 16,6 milliards pour son budget de défense.

L’Iran fait actuellement face à une grave crise économique, en particulier depuis le rétablissement des sanctions américaines contre le pays suite au retrait des Etats-Unis de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien en février 2018.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...